Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Rudolph (F.) -  Strandsteine, Sammeln & Bestimmen von Steine an der Ostseeküste

Neumünster, Wachholtz Verlag, 2006, 160 p.
Denis Mercier
p. 85
Référence(s) :

Rudolph (F.), 2006. -  Strandsteine, Sammeln & Bestimmen von Steine an der Ostseeküste, Neumünster, Wachholtz Verlag, 160 p.

Texte intégral

1Sous un titre attrayant, Les pierres de la plage. Collectionner et déterminer les pierres des rivages de la mer Baltique, notre collègue Franck Rudolph, par ailleurs spécialiste des trilobites du Cambrien et de l’Ordovicien, nous livre un guide passionnant et superbement illustré. En effet, les rivages méridionaux de la mer Baltique présentent une originalité bien connue, commune à tous les espaces ayant été englacés, l’abondance de blocs erratiques de toutes tailles. La mer Baltique a façonné ses littoraux dans les formations sédimentaires pléistocènes et offre ainsi un véritable musée lapidaire, composé des roches transportées parfois sur plus de mille kilomètres par les glaciers en provenance du Nord de l’Europe (Norvège, Suède, Finlande, Danemark et fond de la mer Baltique). Ces littoraux paraglaciaires, constitués consécutivement au retrait de l’inlandsis fennoscandien weichselien par la transgression eustatique flandrienne, sont aujourd’hui en recul, libérant chaque jour de nouveaux échantillons emprisonnés depuis plusieurs milliers d’années. Ce guide se propose par conséquent d’en présenter leur abondance et leur diversité.

2Le livre commence par quelques pages de fondamentaux nécessaires à la compréhension de l’ensemble. L’histoire de la glaciation de l’Allemagne septentrionale est rapidement évoquée. Des marques des séquences froides, glaciaire (stries, broutures) et périglaciaire (cailloux éoliens à facettes), sont présentées. Un rappel pétrographique (minéralogie, cristallographie) permet de se remémorer les modalités de détermination des roches. L’ouvrage se construit ensuite logiquement en parties distinctes autour des grandes familles de roches, magmatiques, métamorphiques et sédimentaires, viennent ensuite une section consacrée aux fossiles puis une sur des curiosités, comme les conglomérats anthropiques, pour que le béotien ne se méprenne pas sur l’origine de sa « découverte ». Chaque page comporte une photographie de la roche étudiée, son nom, son âge, sa provenance avec une carte de localisation, sa description, sa fréquence. En tout, 46 roches magmatiques, 15 roches métamorphiques, 39 roches sédimentaires, 11 fossiles et 5 curiosités diverses, sont ainsi fichés. La diversité pétrographique du socle scandinave et de la péninsule du Jutland, est ainsi rassemblée sur les estrans du Schleswig-Holstein étudié ici. Sur ces espaces réduits, cohabitent des roches dont l’âge peut atteindre deux milliards d’années, comme les quartzites tachetés de Stockholm, des fossiles vieux de 500 millions d’années, l’ensemble offrant de multiples jalons de l’histoire de la terre. L’ouvrage se termine par des annexes très utiles (cartes toponymiques, glossaire, échelles stratigraphiques, bibliographie, index).

3En somme, ce petit guide à l’usage des amateurs de belles pierres et autres amoureux de l’histoire passionnante de la terre est une merveille. Les géographes intéressés par les littoraux seront séduits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier, « Rudolph (F.) -  Strandsteine, Sammeln & Bestimmen von Steine an der Ostseeküste », Norois, 203 | 2007, 85.

Référence électronique

Denis Mercier, « Rudolph (F.) -  Strandsteine, Sammeln & Bestimmen von Steine an der Ostseeküste », Norois [En ligne], 203 | 2007/2, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://norois.revues.org/1843

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page