Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Morhange (C.), Gassend (J.-M.) – Méditerranée, 250 millions d’années d’évolution

Ollioules, Les Éditions de la Nerthe, 2007, 119 p.
Serge Suanez
p. 86-88
Référence(s) :

Morhange (C.), Gassend (J.-M.), 2007. – Méditerranée, 250 millions d’années d’évolution, Ollioules, Les Éditions de la Nerthe, 119 p.

Texte intégral

1Faut-il qu’un ouvrage scientifique se présente sous la forme la plus académique qui soit pour que son contenu trouve une certaine légitimation ? La réponse à cette question se trouve certainement dans le magnifique livre qui vient de paraître aux Éditions de la Nerthe, Méditerranée, 250 millions d’années d’évolution. Ouvrage iconoclaste ? Àn’en pas douter… Ouvrage de vulgarisation ? D’une certaine manière, et cependant, la rigueur de l’écriture et la richesse des illustrations font de cet opuscule, un manuel de géographie indispensable à la connaissance de cette formidable région maritime qu’est le bassin méditerranéen. Il nous est offert par Christophe Morhange, professeur de géographie à l’Université d’Aix-Marseille I, dont l’art de raconter des histoires n’a pas son pareil, et par Jean-Marie Gassend, architecte archéologue à l’IRAA (CNRS) d’Aix-en-Provence, qui, par la délicatesse infinie de ses aquarelles, a toujours su ressusciter les paysages d’autrefois avec une justesse incroyable. Comme il est dit en introduction, quatre thématiques structurent cet ouvrage : la tectonique, le climat, l’hydrologie et l’anthropisme. Ces différents éléments résument à eux seuls l’extrême complexité, mais aussi la formidable diversité des paysages méditerranéens dans lesquels les dynamiques naturelles, et plus tardivement, l’action de l’Homme, ont agi conjointement.

2La première partie intitulée « Mobilité tectonique » traite du contexte géodynamique et structural du bassin méditerranéen. Après un bref rappel des aspects généraux sur la structure du globe terrestre et sur la tectonique des plaques, les auteurs décrivent l’histoire géologique de la formation de la Méditerranée. Cette histoire a débuté il y a 250 millions d’années, avec la fracturation du puzzle des six continents alors réunis en méga-continent appelé la Pangée. C’est alors que commence l’histoire « dramatique » de la Téthys (ou Paléo-Méditerranée) qui se joue en deux actes. Entre 250 et 80 millions d’années, la séparation de Laurasie au nord et la Gondwana au sud, le long d’une gigantesque faille décrochante, aboutit à la formation d’une mer équatoriale (Téthys) qui s’étend des Caraïbes aux marges septentrionales de l’Australie. À partir de 80millions d’années, l’ouverture plus rapide de l’Atlantique sud inverse le mouvement. Le pivotement vers le nord de la plaque africaine ferme la Téthys dans sa partie orientale. Dans le même temps, la rotation anti-horaire de la péninsule ibérique s’accompagne du glissement du bloc corso-sarde vers l’ouest, donnant ainsi naissance à deux petites mers intérieures: la mer Ligure et la mer Tyrrhénienne. De cette histoire, les auteurs montrent que les impacts tectoniques ont été majeurs, rappelant que les systèmes compressifs de subduction et d’hypercollision sont à l’origine de l’orogenèse pyrénéenne puis alpine, et avec moins de vigueur, de l’ensemble des reliefs de Provence. Une attention particulière est également portée au volcanisme et à la sismicité, deux facteurs de risque avec lesquels les sociétés humaines ont dû composer tout au long de leur histoire. À ce titre, les auteurs nous offrent deux extraits des lettres écrites par Pline le Jeune à son ami Tacite relatant l’éruption du Vésuve de 79 apr. J.-C. ayant détruit les cités antiques de Pompéi et d’Herculanum. Comme le soulignent les auteurs, «  […] ce texte est le premier témoignage […] quasi-scientifique […] concernant une catastrophe volcanique.  »

3La deuxième partie est consacrée aux « Mobilités hydrologique et climatique ». Elle débute en rappelant que l’assèchement de la Méditerranée au Messinien (5,8-5,3 millions d’années) a été un événement majeur expliquant le trait si particulier des paysages méditerranéens entre des plaines littorales de remblaiement et des reliefs continentaux escarpés, entrecoupés de profonds canyons. Les conséquences des changements climatiques du Quaternaire sont également illustrées par des exemples montrant que les écosystèmes littoraux n’ont pas toujours été les mêmes comme en témoignent les modelés périglaciaires de la Crau datés d’environ 400 000 ans. Les reconstitutions graphiques de l’occupation de la grotte Cosquer depuis 25 000 ans nous rappellent également que ces changements climatiques se sont accompagnés d’une mobilité du niveau marin donnant aux paysages littoraux une géographie bien différente de l’actuelle. Ces variations eustatiques se sont quelquefois soldées par des événements « catastrophiques », comme en témoigne l’inondation spectaculaire de la mer Noire il y a 7 500 ans pour laquelle, certains chercheurs pensent y voir l’explication géologique du mythe du Déluge. Les auteurs rappellent enfin qu’à partir de 6 000 ans av.J.-C., avec la forte décélération de la montée du niveau marin, les vitesses de sédimentation deviennent plus importantes. C’est ainsi que débute la construction des différents cordons littoraux méditerranéens actuels, aidés en cela par l’action anthropique qui alimente les flux de sédiments par le défrichement et la mise en culture des bassins-versants.

4La troisième partie intitulée « L’Homme dominé ? Risques naturels et occupation du sol » rappelle que les sociétés humaines ont toujours du composer avec les aléas naturels, quelques fois exacerbés par l’action anthropique elle-même. L’activité géodynamique de la partie orientale du bassin méditerranéen fait que cette marge active est le théâtre d’un volcanisme actif et de tremblements de terre fréquents. La terre se déforme alors, et quelquefois de façon spectaculaire comme à Pouzzoles. Mais plus dramatiques sont les effets dévastateurs des tsunamis nés de ces déformations de la croûte terrestre, comme en témoignent les pertes humaines et matérielles d’Alexandrie en 365 de notre ère. De même, le détritisme, sans cesse accru par les variations du climat et une activité anthropique de plus en plus considérable, modifie les lignes de rivage, ferme l’entrée des baies, repousse les embouchure, colmate les plans d’eau, et contraint l’Homme à s’adapter ou à migrer.

5La quatrième partie, intitulée « L’Homme dominant ? Aménagement des territoires et des paysages », montre combien l’empreinte de l’Homme sur la milieu naturel va aller croissante à partir du Néolithique. Les foyers les plus anciens localisés au Proche-Orient, datés de 10 000 ans avant notre ère, se développent rapidement dans un contexte où les conditions climatiques holocènes plus stables sont favorables au développement de l’agriculture. La population passe de 5 à 150 millions d’individus entre 12 000 et 7 000 ans avant notre ère. La culture néolithique atteint la Méditerranée vers 6 000 ans avant notre ère, elle prend le nom de culture néolithique cardial en raison du coquillage qui servait à décorer les poteries. Très rapidement, la dissémination des sociétés humaines passe par la maîtrise de la mer. Entre la conquête des îles de la mer Égée en 8 000 avant J.-C., et l’installation des Phocéens à Marseille en 600 avant J.C., la domination de l’espace maritime méditerranéen est accomplie. Cette conquête passe par la maîtrise des rivages. Ainsi, pendant cinq siècles, du Iersiècle avant notre ère au IVe siècle après J.-C., le pouvoir hégémonique de Rome s’accompagne de la construction de grands ports commerciaux comme celui d’Ostie sur le Tibre, ou ceux de Pharos au large de l’Alexandrie gréco-romaine. La maîtrise de l’eau a été aussi essentielle dans une région où les caractéristiques climatiques et géologiques (karst) sont défavorables à l’établissement d’un réseau hydrographique de surface dense. Que ce soit pour la production d’énergie, comme en témoignent les aménagements de la meunerie hydraulique de Barbegal au pied des Alpilles, ou pour la distribution des eaux de consommation, impliquant l’édification d’aqueducs comme celui de Nîmes (pont du Gard), la maîtrise de l’eau s’est faite le plus souvent par la réalisation d’ouvrages d’art spectaculaires. Enfin, la croissance démographique des sociétés humaines a pu se faire grâce à un système de culture maîtrisé dans des régions où les contraintes du relief sont très fortes. Ainsi, de la Grèce à la Basse Provence, l’agriculture en terrasses est devenue le modèle le plus répandu en Méditerranée.

6En conclusion, les auteurs ne manquent pas de rappeler que la pression anthropique sur le milieu naturel littoral a entraîné un déséquilibre écologique important dont le bilan reste difficile à faire. Et pourtant, comme le rappelle dans sa préface Jean Guilaine, professeur au Collège de France, la Méditerranée reste encore un trésor économique, culturel et esthétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Suanez, « Morhange (C.), Gassend (J.-M.) – Méditerranée, 250 millions d’années d’évolution », Norois, 203 | 2007, 86-88.

Référence électronique

Serge Suanez, « Morhange (C.), Gassend (J.-M.) – Méditerranée, 250 millions d’années d’évolution », Norois [En ligne], 203 | 2007/2, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://norois.revues.org/1844

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page