Navigation – Plan du site

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 11 juin 2008.

1Ce numéro donne place à des travaux portant sur le Canada et éclaire quelques-unes des pistes de recherche, sans doute novatrices et de nature à interroger la communauté scientifique, qui sont actuellement engagées sur ce vaste territoire. L’ensemble des « canadianistes » – sauf erreurs et oublis bien involontaires – ont été sollicités : une douzaine de propositions ont été retenues desquelles cinq articles sont arrivés à bon port. Ils ouvrent sur des domaines qui renseignent sur les questions spécifiques qui se posent actuellement à cet immense pays de grande Nature et d’urbanisation rapide, de faibles densités, d’immigrations, multiculturel par choix, en recherche de nouvelles formes de gouvernance et de leurs applications concrètes soucieuses de développement durable. Et ces questions, par leur approche, trouvent écho sur nos territoires, peuvent s’y décliner et favoriser la production de savoirs partagés pouvant avoir portée universelle.

2C’est sur l’immigration chinoise et avec une problématique renouvelée qu’Olivier Dahoorne et Huhua Cao nous entraînent. L’analyse nous informe sur les situations de flux des nouvelles migrations chinoises, nous donne à voir les nouvelles stratégies territoriales qui se dessinent et la géographie des migrations qui en résulte. Vancouver et la Colombie-Britannique, les portes d’entrée et les foyers de fixation historiques des immigrants asiatiques, sont désormais reléguées au second plan par le dynamisme de la grande région métropolitaine de Toronto. Au plan social, les auteurs insistent sur la perte de cohésion de cette communauté qui se scinde en différents sous-groupes où les nouveaux arrivants se distinguent par des comportements plus individualistes. Dans ce contexte, les Chinatowns urbains ne revêtent plus ni la même valeur ni la même signification pour tous. Ce faisant, cet article nous renvoie aussi à ces réalités diverses de la migration chinoise qui, dans nos pays et sur des questions sociales, défraient la chronique de façon épisodique, ou passent souvent inaperçues lorsqu’elles prennent la forme de créations de commerces dans les moindres villages de certaines campagnes européennes.

3C’est sur une question de gouvernance urbaine qui a trouvé un très large écho dans les médias et impliqué une fraction non négligeable de la population, nous avons pu le constater en diverses provinces de ce grand pays, que porte l’article très documenté de François Hulbert consacré à la réforme municipale, essentiellement analysée sous l’angle québécois. Cette réforme s’est traduite par de très importantes recompositions territoriales et les conséquences y sont multiples, non seulement aux plans politique et budgétaire, mais aussi au plan socio-économique tout particulièrement pour les petites villes où s’ouvrent des perspectives nouvelles d’aménagements de l’espace et de développement des territoires. Cette réforme très volontariste ne s’est pas réalisée facilement, et si il y eut de nombreuses « fusions » de communautés, il y eut aussi des « défusions » qu’il n’est pas inintéressant d’analyser. La question du regroupement des entités administratives et politiques pour mener à bien des projets de territoire se pose partout. Ce thème est récurrent en France. L’aménageur trouvera matière à réflexion sur les processus et les modalités mis en œuvre de façon volontariste et sur les logiques qui les sous-tendent à pouvoir confronter avec celles qui caractérisent le développement local qui construit ses territoires en regard de ses projets.

4La reconversion des centres villes urbains se pose au Canada comme dans toutes les plus grandes villes occidentales américaines et européennes. À partir de l’exemple du quartier de Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, l’article de Martine Géronimi décortique les différentes tentatives de reconversion mie en œuvre. Héritage de l’ère postindustrielle, ce centre-ville a connu de profonds remaniements économiques et spatiaux, accélérés dans les années 1970 par la désindustrialisation transformant ce quartier en zone de pauvreté. Après une longue période d’abandon, l’auteur montre comment les pouvoirs locaux ont lancé plusieurs tentatives de « réhabilitation » en privilégiant le tourisme culturel. Malgré une politique volontariste donnant l’accent aux activités festives, un certain nombre d’indicateurs montre que ces interventions furent en partie couronnées d’échec. L’auteur analyse ce manque de réussite par trop excès d’optimisme fondé sur des projets pas toujours très bien perçus par les populations locales. Ainsi la « fièvre de l’hyperfestif » peut servir à panser des plaies mal cicatrisées mais n’apparaît pas toujours comme la meilleure politique à mettre en œuvre.

5L’article sur la ville de Banff et sur les communautés humaines dans les Parcs de l’Ouest nous renvoie aussi à des questions de gouvernance d’un autre ordre. En effet, ce n’est pas avec une problématique classique d’étude de parcs que Stéphane Héritier, connaisseur incontesté des Parcs nationaux de l’Ouest canadien, aborde ses réflexions. C’est en interrogeant la fonction des villes et des collectivités humaines qui sont apparues en même temps que furent créés les Parcs nationaux, en analysant leur croissance et les nombreux problèmes qui s’y posent, que l’auteur revisite les Parcs. Des questions y sont abordées, non typiques des Parcs car purement urbaines. D’autres qui englobent mais dépassent chacun des Parcs, nous renseignent sur la politique générale de préservation de la nature au Canada, sur la question du retour à une plus grande intégrité écologique, telle que maintenant souhaitée par le gestionnaire Parcs Canada.

6L’article de Gérard Richez et Josy Richez Battesti, conçu pour illustrer un aspect de l’état de la géographie des loisirs au Canada, met en évidence la place singulière et pourtant paradoxalement fort mal connue, voire inconnue, de la pratique contemporaine du canoë récréatif. De moyen de transport et de déplacement majeur qu’il fut tout au long de la conquête de ces vastes territoires canadiens et de l’histoire de ce pays, notamment lors de la grande période du commerce des fourrures et de la mise en valeur qui s’ensuivit, le canoë est devenu, au cours du XXe siècle, loisir de pleine nature, riche de sa signification historique et patrimoniale. Dans ce pays de lacs et de grande Nature, le détour par l’histoire nous amène à comprendre l’importance de ce loisir comme une métaphore de la culture canadienne et, en tant que telle, servant aussi l’image du tourisme du Canada.

7Ainsi au travers de cet échantillon de la recherche de la géographie française en Canada, on soulignera que se poursuit l’intérêt de nos chercheurs pour ce pays et ses problématiques. On notera en particulier l’intérêt que suscite le Québec qui a attiré et continue encore d’attirer l’essentiel de la recherche géographique française pour des raisons évidentes de proximité géographiques, culturelles et notamment linguistiques. Mais, ce faisant, on regrettera que trop peu de chercheurs s’aventurent plus à l’Ouest en culture quasi totalement anglophone, ne serait-ce qu’en Ontario, sans parler des grandes plaines, des Montagnes Rocheuses, des régions littorales du Pacifique. Les fécondations culturelles et scientifiques ne pourraient qu’y enrichir chercheurs francophones et anglophones. Alors, « Go West, young man »?

8Je ne voudrai pas terminer cette présentation sans associer les auteurs des comptes rendus qui ont répondu à notre demande et sans remerciements appuyés au Directeur de la Revue, au Comité de rédaction et sans souligner la très grande qualité du travail, pourtant parfois ingrat, effectué par le Comité de lecture…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Richez et Josy Richez Battesti, « Éditorial », Norois [En ligne], 199 | 2006/2, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://norois.revues.org/1908

Haut de page

Auteurs

Gérard Richez

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Université de Provence, 5 rue du Château de l'Horloge BP 647 – 13 094 Aix-en-Provence cedex 2,
gerard.richez@up.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Josy Richez Battesti

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Université de Provence, 5 rue du Château de l'Horloge BP 647 – 13 094 Aix-en-Provence cedex 2, France,
jozy.richez@up.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page