Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Bonnet (N.) – Le succès du bocage, l’histoire des industries du sud-Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée)

La Roche-sur-Yon, Éditions du CVRH, 2008, 228 p.
Jean Renard
p. 179-180
Référence(s) :

Bonnet (N.), 2008. – Le succès du bocage, l’histoire des industries du sud-Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée), La Roche-sur-Yon, Éditions du CVRH, 228 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Natacha Bonnet, publié par les soins du Centre vendéen de Recherches Historiques, est agrémenté d’une solide préface de Jean-Robert Pitte, récent membre de l’Institut, lequel pose d’entrée de jeu le caractère particulier de ce territoire dont le dynamisme ne se dément pas et en rend responsable la qualité des hommes et la nature des rapports sociaux. Nous ne le démentirons pas pour avoir observé cet espace original depuis plus d’un demi-siècle.

2Ce nouvel ouvrage sur les industries de la région, au sens du territoire défini naguère par Alain Chauvet dans sa thèse publiée en 1986, soit une quinzaine de cantons d’Ancenis à la Roche-sur-Yon et des confins méridionaux du vignoble nantais aux nord des Deux-Sèvres, ne renouvelle pas les analyses sur les industries rurales des bocages vendéens, il les confirme. Il ne faut pas en attendre des révélations. Le terrain a été largement labouré par les chercheurs de l’université de Nantes, notamment par Alain Chauvet et votre serviteur. J. R. Pitte le rappelle et N. Bonnet le souligne avec une grande honnêteté.

3Il ne faut pas non plus en attendre une analyse quantifiée de la répartition des ateliers et des évolutions des types d’industries.

4En revanche ce qui est neuf est la manière d’examiner les choses à partir de monographies, d’études de cas et de biographie des acteurs, en premier lieu des chefs d’entreprise. On retrouve pour partie l’approche faite par Benoît Raveleau. Un grand nombre de sources ont été inventoriées depuis les archives municipales de nombreuses villes et bourgades, jusqu’à des entretiens avec les chefs d’entreprise, en passant par les travaux d’étudiants réalisés depuis une cinquantaine d’années dans les différents centres universitaires de la région.

5L’ouvrage est organisé en trois parties. Sont successivement examinés les acteurs, c’est-à-dire ceux qui ont été à l’origine de l’industrialisation, patrons et ouvriers ; les lieux, à partir de trois exemples de territoires associant une petite ville et les communes rurales à l’échelle du canton : Beaupréau, Les Herbiers, Ancenis ; enfin l’évolution du modèle d’industrialisation rurale des années 1960 à aujourd’hui.

6La conclusion revient sur les caractères de ce mode d’industrialisation rurale. Le consensus social et la qualité des hommes sont à l’origine du succès du bocage. Cet espace à cheval sur quatre départements et deux régions offre en effet un visage social original, façonné par l’histoire et les réalités culturelles. C’est dans ce terreau fertile que sont nés tous ces capitaines d’industrie formés sur le tas, dans un cadre paroissial où l’Église a joué avec les mouvements de jeunesse un rôle clef dans la formation. Natacha Bonnet retrace, à partir d’entretiens, les sagas familiales et les réussites les plus spectaculaires. Elle s’interroge aussi sur l’avenir de ce modèle vendéen d’industrialisation rurale. Elle rappelle les crises dans la chaussure et la confection, les disparitions d’entreprises, les licenciements, les effets des délocalisations sur le tissu industriel

7J’ai dit par ailleurs ce que j’en pensais. Le modèle n’est plus celui des années 1960 qui reposait pour l’essentiel sur les industries de la chaussure et de la confection, à partir d’une main-d’œuvre féminine jeune et peu formée. Il y a évolution, éclatement, et en même temps une étonnante adaptation, tant dans la nature des productions que par les liens noués avec les grands donneurs d’ordre de l’estuaire de la Loire.

8Le livre offre donc une analyse des évolutions du tissu industriel depuis un demi-siècle. Trop peu de choses sont dites des risques de rupture. Or ces derniers existent dans la mesure où un certain nombre de facteurs qui faisaient et expliquaient ce système productif localisé s’étiolent ou disparaissent.

9Au total un livre utile où l’on trouvera des exemples de belle réussite personnelle. L’auteur éprouve beaucoup de sympathie pour les hommes qui ont modelé et fait évoluer ce territoire attachant et cela se sent au fil de la lecture. Il manque peut-être une dimension critique, tout n’est pas rose dans ce « succès du bocage ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Renard, « Bonnet (N.) – Le succès du bocage, l’histoire des industries du sud-Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée) », Norois, 209 | 2008, 179-180.

Référence électronique

Jean Renard, « Bonnet (N.) – Le succès du bocage, l’histoire des industries du sud-Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée) », Norois [En ligne], 209 | 2008/4, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://norois.revues.org/2659

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page