Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Actes du colloque des Sables-d’Olonne du CVRH, Les vendéens et la mer: de la Grande pêche au Vendée Globe, 20-22 septembre 2007

Éditions du CVRH, 743p.
Jean Renard
p. 180-181
Référence(s) :

Actes du colloque des Sables-d’Olonne du CVRH, Les vendéens et la mer : de la Grande pêche au Vendée Globe, 20-22 septembre 2007, Éditions du CVRH, 743 p.

Texte intégral

1Ce gros volume rassemble les communications et contributions de 32 chercheurs : historiens, géographes, juristes, professionnels, érudits locaux, présentées lors du colloque tenu aux Sables-d’Olonne en septembre 2007. Il faut féliciter les membres du Centre Vendéen de Recherches Historiques de la rapidité de la publication de ces actes, comportant des illustrations en couleur et les comptes rendus des débats des tables rondes.

2L’objet du colloque était de faire le point des relations entretenues avec la mer par les populations du littoral vendéen au long des siècles. On peut considérer que c’est une réussite. Désormais on ne pourra plus évoquer cette problématique sans référence à cet ouvrage.

3Le livre comprend trois parties respectant l’ordre chronologique : le sel de la baie et la grande pêche (xiiie-xviie siècle) ; le temps des incertitudes (xviiie-milieu du xxe siècle) ; un nouvel Eldorado ? (après 1950). Chaque partie est organisée en quatre ou cinq chapitres faisant le point sur une thématique particulière et donnant lieu à un débat avec la salle dont on a ici l’essentiel des interventions.

4On retiendra en particulier la description des côtes du Bas-Poitou du xiiie siècle à la fin du xve par Jean-Luc Sarrazin et Robert Favreau, montrant la mise en place de ports, les aménagements des marais et des estrans, l’économie salicole et les débuts de la grande pêche. La période dite de l’âge d’or correspondant au xviie siècle avec le sel mais surtout la pêche à la morue, qui a fait un temps des Sables-d’Olonne le premier port de France en la matière. L’enrichissement de la bourgeoisie tirant profit de ces activités est patent. Les évocations du pirate Nau l’Olonnois, du cabotage des marins de l’île d’Yeu, des effets de la Réforme sur les populations du littoral sont autant de repères.

5Les guerres maritimes avec les Anglais au xviiie siècle et le rôle joué par les Vendéens, officiers de marine, négociants et marins, montrent le déclin des activités et un repli que les événements de la Révolution ne font que confirmer. Jacques Péret, Bernard Michon et Philippe Bossis nous donnent de précieuses études sur ce thème, au travers de portraits d’acteurs, que ce soit Collinet ou Serventeau et autres armateurs et négociants sablais en particulier. Les difficultés du port et de ses activités se mesurent par la baisse de population, la ville passe de 10 000 à 5 000 habitants !

6Les études sur la période révolutionnaire remettent en cause l’analyse des comportements des populations. On considérait jusqu’alors ces dernières comme plus favorables aux idées révolutionnaires que l’intérieur du département. Les contributions nuancent cet a priori. Il n’en demeure pas moins que la ville des Sables-d’Olonne restera fidèle à la République et résistera au siège des insurgés.

7Les premières conserveries s’installent sur le littoral vendéen à partir de 1850. Elles connaissent un grand succès et en 1880 on en compte 25, et 28 en 1913, avec près de 4 000 ouvriers, surtout des femmes. L’origine des capitaux, les liens avec les armateurs locaux, les avatars des entreprises, les difficultés nées des apports irréguliers, nous sont présentés par Xavier Dubois dans une contribution très documentée. De même le rôle des chantiers sablais est rappelé, notamment avec les pêcheurs de l’île de Groix.

8Enfin plusieurs contributions font le point des évolutions récentes du tourisme littoral et de ses conséquences multiples sur les transformations des sociétés locales, ainsi que des difficultés présentes de la pêche. On notera également une contribution du recteur Alain Miossec quant aux dangers de l’érosion sur les côtes vendéennes et les solutions apportées par différentes techniques dont il a été un observateur attentif.

9On regrettera l’absence d’une analyse socio-politique des comportements contemporains des populations. Il n’y a pas non plus de description de la mise en place du tourisme au long d’un siècle et demi jusqu’en 1950. Une trop brève allusion par Annette Roux, PDG des chantiers Beneteau, des activités liées à la plaisance n’épuise pas le sujet (chantiers, ports, écoles de voile et courses au large), alors même que le Vendée Globe est devenu un fait emblématique de la Vendée qui gagne, au même titre que la grande machinerie du Puy du Fou.

Haut de page

Notes

Il est vrai que l’ouvrage récent de Johan Vincent : L’intrusion balnéaire : les populations littorales bretonnes et vendéennes face au tourisme (1800-1945), paru aux PUR en 2007, est une excellente analyse de la mise en tourisme de ces littoraux et des conséquences sur les sociétés locales, tout autant complices et bénéficiaires que victimes de cette intrusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Renard, « Actes du colloque des Sables-d’Olonne du CVRH, Les vendéens et la mer: de la Grande pêche au Vendée Globe, 20-22 septembre 2007 », Norois, 209 | 2008, 180-181.

Référence électronique

Jean Renard, « Actes du colloque des Sables-d’Olonne du CVRH, Les vendéens et la mer: de la Grande pêche au Vendée Globe, 20-22 septembre 2007 », Norois [En ligne], 209 | 2008/4, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://norois.revues.org/2661

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page