Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce dossier s’organise autour d’une sélection d’articles issus des 1res journées doctorales en paysage qui se sont déroulées les 3 et 4 décembre 2008 au centre de recherche d’AgroCampus Ouest – Angers. En réunissant de nombreux doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs d’unités de recherche françaises et étrangères, cette manifestation placée sous l’égide du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, a permis de mettre en évidence la grande variété de courants de pensée qui alimentent aujourd’hui la recherche sur ce thème. Au travers des diverses approches, méthodes et outils mobilisés par les 56 participants issus de différentes disciplines (géographie, architecture, géomorphologie, écologie, agronomie), c’est donc toute la complexité du système paysage qui a été mis en lumière lors de ces journées.

2En effet, rappelons ici que le paysage est souvent abordé comme un « complexe » résultant de l’interrelation de trois dimensions (Bertrand, 1968 ; Montembault, 2008) :
– la dimension matérielle ou le paysage « objet », composé d’éléments (végétaux, roches, bâtis et êtres vivants) dont les agencements et les interactions sont en constante évolution,
– la dimension des usages qui rassemble les attentes et les actions des acteurs du paysage, et enfin,
– la dimension subjective, immatérielle du paysage qui relève de la perception des individus et des populations. Dès lors, les représentations du paysage deviennent des références, des modèles (esthétiques ou scientifiques) pour les usagers et sont un moteur de leur évolution/transformation.

  • 1 « les sociétés perçoivent leur environnement de la façon dont elles l’aménagent et elles l’aménagen (...)

3Si l’ensemble de la communauté scientifique (géographes, écologues ou encore historiens) s’accorde aujourd’hui à reconnaître l’existence de ces dimensions, leurs interactions dont le principe a été énoncé par Augustin Berque1 restent en définitive mal connues. Les raisons en sont multiples (Collectif, 2007). Parmi elle, on peut citer la variabilité des attentes dans les sociétés et les liens complexes unissant la matérialité des formes paysagères et l’immatérialité de leurs représentations. La diversité des regards portés sur le paysage à l’échelle d’un seul individu (Larrère et Larrère, 1997) ou d’une même société (Luginbühl, 2001) est également à prendre en compte. À chaque niveau, une part sensible (perception par les 5 sens) et une part culturelle (représentations individuelles et collectives) interviennent dans la perception. Mais leur importance respective reste peu investiguée et les travaux sur ce sujet, anciens (Bachelard, 1957 ; Merleau-Ponty, 1945). Cette méconnaissance est aussi due à la multiplicité des fonctions et usages des formes paysagères – parfois compétitifs. Bien souvent, les formes paysagères n’ont « pas été créées pour signifier » (Brunet, 1990) et les nouvelles attentes de cadre de vie, d’environnement et de biodiversité reposent autant sur des formes paysagères volontairement choisies que sur des formes héritées.

4Témoins de la complexité de cet objet d’étude, les articles sélectionnés dans ce numéro sont représentatifs de la diversité des approches, indispensable pour lire, analyser, comprendre, expliquer et modéliser le paysage.

5En les parcourant vous découvrirez comment le « complexe paysage » est appréhendé par des disciplines connexes, comment le croisement des approches qualitatives et quantitatives permet de répondre aux questions des chercheurs, pourquoi la variété, le couplage, le rapprochement ou encore la confrontation de ces approches est l’essence même de la recherche en paysage. Ajoutons à cela que deux points communs essentiels lient ces articles : d’une part, ils produisent tous des éléments de réflexion à l’interface nature/société et d’autre part, ils associent des approches, des méthodes, des outils issus de disciplines différentes.

6De la sorte, Caillault et Marie, 2009, nous dévoilent comment le croisement d’approches géographique, agronomique, culturelle et sociale permet de donner des clés de lectures pour analyser un paysage « produit ». Cette mise en relation de concepts de sciences dites « dures » avec des sciences humaines et sociales se retrouve aussi dans Écochard et al., 2009, qui confrontent des méthodes géomorphologique et géophysique aux méthodes historique, archéologique et littéraire afin de comprendre l’évolution des paysages et de leurs populations.

7La pertinence de l’association d’outils qualitatifs et quantitatifs est mise en évidence dans l’article de Baud, 2009 qui nous expose comment coupler archives cadastrales et système d’information géographique pour comprendre l’évolution historique des paysages. C’est également l’approche de Maulion, 2009 qui met en relation les dimensions subjective et performative du paysage et les outils cartographiques. Cette association reste prégnante dans Gatien et al. (2009) où les auteurs détaillent les interrelations entre identités paysagères, écosystèmes et systèmes agraires.

8Enfin, si l’interdisciplinarité est un concept très riche dans la recherche en paysage, elle est aussi à l’origine de nouvelles approches comme la géoarchéologie : Piana et al. (2009) nous développent un exemple de son utilisation par des relations entre évolutions de la dynamique fluviale et populations.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard (G.), 1957. – La poétique de l’espace, Paris, PUF, 214 p.

Berque (A.), 1992. – « La représentation des paysages – Une certaine conception de l’environnement », dans Brunet (P.) (dir.) Atlas des paysages ruraux de France, Paris, Ed. J.-P. Monza, p. 108-122.

Bertrand (G.), 1968. – « Paysage et géographie physique globale. Esquisse méthodologique », Rev. géogr. Pyrénées et S.O., 39(3), Toulouse, p. 249-271.

Brunet (R.), 1990. – « Le déchiffrement du monde », dans Mondes nouveaux – Géographie universelle. Paris, Hachette/Reclus/Compagnie financière Européenne, p. 9-271.

Collectif, 2007. Dossier unique de demande de reconnaissance d’une unité de recherche par le ministère de l’Agriculture : Unité de Recherche Paysage, Contractualisation vague B 2008-2011, 66 p.

Larrère (C.), Larrère (R.), 1997. – Du bon usage de la nature, Paris, Aubier, 335 p.

Luginbühl (Y.), 2004. Programme de recherche Politiques Publiques et Paysages – Analyse, évaluation, comparaisons. Synthèse des résultats scientifiques, Publication du MEDD, 22 p.

—, 2001. La demande sociale de paysage, Conseil national du paysage – séance inaugurale du 28 mai 2001, 17 p.

Merleau-Ponty (M.), 1945. – Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 531 p.

Montembault (D.) 2008. – Le système Paysage, Séminaire de l’équipe de recherche Paysage, AgroCampus Ouest, mars 2008, 35 p.

Haut de page

Notes

1 « les sociétés perçoivent leur environnement de la façon dont elles l’aménagent et elles l’aménagent de la façon dont elles le perçoivent » (Berque, 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Fleurant, « Introduction », Norois, 213 | 2009, 7-8.

Référence électronique

Cyril Fleurant, « Introduction », Norois [En ligne], 213 | 2009/4, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://norois.revues.org/2968

Haut de page

Auteur

Cyril Fleurant

Agrocampus ouest Centre d’Angers, Institut national d’horticulture et de paysage, 2 rue André-Le-Nôtre – 49045 Angers, cedex 01, France,
cyril.fleurant@agrocampus-ouest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page