Navigation – Plan du site

Éditorial

Serge Suanez et Françoise Gourmelon
p. 7-9

Texte intégral

1Ce numéro 196 de Norois renoue avec le littoral, un thème cher à la revue dont l’attachement s’est surtout exprimé pendant plusieurs décennies au travers des « chroniques océanographiques » d’André Guilcher et de François Carré. Il a été décidé suite à la disparition brutale le 30 mai 2003 de François Cuq auquel bon nombre de proches collègues chercheurs et enseignants chercheurs, souhaitaient rendre un hommage. C’est la raison pour laquelle ce numéro est principalement composé de contributions émanant de l’UMR – LETG 6554 CNRS qu’il dirigeait alors. C’est également pourquoi les travaux ici présentés sont principalement axés sur la géomatique appliquée à la zone côtière, thématique chère à François Cuq.

2Géographe de formation, François Cuq s’était spécialisé, dès le début des années 1980, dans l’analyse d’images satellitales appliquées aux espaces littoraux. Sa thèse concernant les rivages charentais a été le point de départ d’un parcours scientifique remarquable commencé au sein du laboratoire parisien Imagéo (UPR 1518 CNRS) en 1985. En 1992, il fonda à Brest le laboratoire Géosystèmes (URA 1518 CNRS) et prit la direction de nombreuses recherches portant sur ses deux aires géographiques de prédilection, l’Afrique de l’Ouest et la Bretagne. Vice-Président du Conseil scientifique de l’Institut Universitaire Européen de la Mer, de 1998 à 2001, auquel était rattaché le laboratoire Géosystèmes, il joua un rôle déterminant dans la création de l’Observatoire des Sciences de l’Univers (en 2005). C’est en 2003 qu’il prit le relais de Jean-Pierre Corlay à la tête de l’UMR multi-site LETG.

3Par leur synthèse, Marc Robin et Françoise Gourmelon retracent le parcours scientifique de François Cuq en montrant combien sa recherche s’est de tout temps inscrite dans la modernité, sans cesse alimentée par les progrès technologiques dans le domaine de l’information géographique. Trois étapes ponctuent ce parcours :

  • La décennie 1975-1985 voit la généralisation croissante de la « télédétection ». Entre le lancement du premier satellite américain Landsat en 1972 et celui du satellite européen SPOT en 1986, l’observation de la terre par les géographes connaît une révolution et apporte des connaissances nouvelles. C’est l’ère des « spatio-cartes » dont la réalisation par traitement numérique ne cesse de progresser alors que des progrès techniques considérables sont réalisés en matière de matériels informatiques (hardware) et de logiciels (software). La thèse de François Cuq, qu’il soutiendra en 1983, illustre à ce titre l’intérêt de la télédétection pour la géographie. C’est dans la continuité de cette recherche que se situent les études d’I. Le Berre et al., d’A. Cotonnec et al., et de S. Duvail et al. Les deux premières ont été entreprises dans le cadre de l’appel à proposition de recherches du CNES-IFEN 2002 afin de tester la pertinence de l’imagerie du satellite SPOT5. L’étude d’I. Le Berre et al., dédié à la cartographie du trait de côte, pointe les limites de SPOT5 dont la résolution reste encore trop faible pour cet objectif, mais insiste sur l’intérêt de la répétitivité des observations satellitales dans une perspective de suivi à court terme du linéaire côtier. Les recherches menées par A. Cotonnec et al., sur la cartographie des habitats benthiques littoraux montrent que l’imagerie SPOT5 offre de bonnes possibilités dès que l’on traite d’états de surface suffisamment vastes. L’article de S. Duvail et al., présente, quant à lui, la réalisation de cartes d’occupation du sol à partir d’images Landsat et de photographies aériennes dans le District de Rufiji (Tanzanie). Cette expérience, menée dans le cadre d’un projet de gestion environnementale décentralisé, détaille un ensemble de procédures et de méthodes d’analyses basées sur une approche ethno-géographique et sur des techniques modernes de traitement d’images.

  • La décennie 1985-1995 est marquée par l’émergence des Systèmes d’Information Géographique (SIG) qui s’inscrivent dans un ensemble d’approches, de méthodes et d’outils en constante évolution (la géomatique) qui concerne à la fois les moyens d’acquisition de données géographiques spatialisées et les méthodes de gestion, d’analyse et de représentation de l’information géographique. Les articles de G. Pennober et al., de C. Buhot, de S. Costa et al., et de L. Sparfel et al., fournissent différents exemples d’application en matière de SIG. Le travail de G. Pennober et al., présente la mise en œuvre d’un SIG en Guinée-Bissau dans le contexte de planification de la Réserve de Biosphère de l’archipel des Bijagos. Les auteurs dressent le bilan de 10 années de collaboration entre des organismes de recherche et de gestion territoriale du nord et du sud. À partir de l’intégration des matrices cadastrales de deux îles (Bréhat et Batz) dans un SIG, l’article de C. Buhot montre quant à lui combien cet outil peut faciliter l’étude de la structure de la propriété foncière et la compréhension de l’organisation spatiale du territoire. Dans un tout autre domaine, la recherche exposée par S. Costa et al., témoigne de l’utilité des bases d’information géographique dans l’étude des changements et des processus morphosédimentaires qui affectent le domaine marin côtier de la Seine-Maritime. Enfin, l’article de L. Sparfel et al., présente une étude diachronique de la progression de la Spartine en Rade de Brest, favorisé par le traitement numérique de l’information géographique.

  • À partir de la fin des années 1990, la mise en œuvre de méthodes adaptées à l’étude des systèmes complexes ouvre de nouvelles perspectives en géographie. La démarche repose sur la modélisation des interactions entre nature et société à partir, par exemple, de systèmes multi-agents (SMA) utilisant des modèles fondés sur la théorie du jeu et l’intelligence artificielle. À partir de cas choisis en zone côtière, la contribution de C. Tissot et al., présente la constitution d’une plate-forme de simulation capable de rendre compte de la variabilité du déroulement d’activités humaines dans l’espace et dans le temps dans la perspective d’évaluer leur impact potentiel sur les milieux concernés.

4Lorsque François Cuq nous a quittés, il occupait plusieurs fonctions à responsabilité dont celles de Directeur de l’UMR multi-site LETG et de responsable du laboratoire brestois Géomer. Il était aussi depuis peu rédacteur en chef de la revue Photo-interprétation dans laquelle il avait beaucoup publié. Ce degré d’investissement était à l’image de sa boulimie de travail, de son désir incessant d’apprendre et de communiquer son savoir. Tous les auteurs qui ont contribué à ce numéro en ont été les proches témoins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Suanez et Françoise Gourmelon, « Éditorial », Norois, 196 | 2005, 7-9.

Référence électronique

Serge Suanez et Françoise Gourmelon, « Éditorial », Norois [En ligne], 196 | 2005/3, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://norois.revues.org/365

Haut de page

Auteurs

Serge Suanez

Géomer – UMR 6554 CNRS LETG, Université de Bretagne Occidentale, IUEM, Technopôle Brest-Iroise, Place Nicolas Copernic, 29280 Plouzané, France,
serge.suanez@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Françoise Gourmelon

Géomer – UMR 6554 CNRS LETG, Université de Bretagne Occidentale, IUEM, Technopôle Brest-Iroise, Place Nicolas Copernic, 29280 Plouzané, France,
francoise.gourmelon@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page