Navigation – Plan du site

Xynthia est-elle exceptionnelle ? Réflexions sur l’évolution et les temps de retour des tempêtes, des marées de tempête, et des risques de surcotes associés sur la façade atlantique française

Is Xynthia an exceptional event? Reflections on evolution and return period of storms, storm tides and high surges associated on the French Atlantic coast
Thierry Feuillet, Étienne Chauveau et Laurent Pourinet
p. 27-44

Résumés

À partir de données constituées des vents maximum instantanés quotidiens sur neuf stations de la façade atlantique française, des observations et des traitements statistiques sont menés afin de tenter d’apprécier la fréquence des niveaux d’eau atteints lors de l’épisode Xynthia qui a sinistré les littoraux de Vendée et de Charente-Maritime en février 2010. À cet effet, les vents instantanés de plus de 89 km/h, 102 km/h, et 118 km/h sont analysés. Dans un premier temps, il a été possible d’évaluer l’évolution des tempêtes depuis un demi-siècle sur les neuf stations, dont se dégagent très peu de tendances significatives. Nous avons ensuite croisé ces séries avec les coefficients de marée supérieurs à deux valeurs seuil. Dans un second temps, sur des séries plus restreintes (1984-2010), nous avons procédé à un croisement supplémentaire consistant à ne retenir que les situations où les vitesses de vent maximum sont survenues à moins de trois heures de la pleine mer, afin d’estimer notamment la fréquence et le temps de retour des marées de tempête et des situations présentant un risque de submersion élevé. Il est ainsi montré que des événements comparables à Xynthia sont rares (seulement dix cas observés en 27 ans), voire exceptionnels dans certaines stations, dont La Rochelle fait partie. Les temps de retour des marées de tempête varient fortement selon les sites, de 177 ans à La Rochelle pour une tempête de 140 km/h sachant que la mer est haute, à seulement 5 ans à Belle-Île. Enfin, quelques données factuelles sont présentées afin de rappeler la difficulté de la prévision des valeurs de surcotes, ainsi que l’existence de moyens désormais à disposition pour progresser dans ce domaine.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Atlantique (côte)
Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs tiennent à remercier Yves Le Lann (Météo France) pour la transmission des données et des métadonnées météorologiques. Merci également à Michel Lang pour ses remarques relatives aux temps de retour des marées de tempête, ainsi qu’à Denis Mercier, à Serge Suanez et aux deux relecteurs anonymes pour leurs conseils avisés sur la première version du manuscrit.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Quelles données ? Quelles méthodes ?
Données de vents et de marée sur la façade atlantique
Données de vent maximum instantané
Pleine mer et marée astronomique
Méthode de détection de tendances dans l’évolution des tempêtes : test de Mann-Kendall
Croisement des fortes tempêtes et des gros coefficients de marée
Estimation du temps de retour des marées de tempête : l’apport des probabilités conditionnelles
Résultats
Fréquence et évolution des tempêtes sur la façade atlantique : absence de tendances significatives et généralisées
Fréquence des conjonctions fortes tempêtes/gros coefficients de marée
Le temps de retour des marées de tempête : une forte hétérogénéité spatiale
Discussion
Contribution à la caractérisation des surcotes et des submersions sur la façade atlantique française
Les particularités de Xynthia
Les prolongements statistiques envisageables
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le 28 février 2010, l’événement Xynthia a marqué les esprits par sa violence et par le nombre de ses victimes : 47 en France, dont 28 dans le tristement célèbre lotissement « L’Ostréa » à La Faute-sur-Mer. Bien que soulignant la gravité des imprudences commises en matière d’urbanisation (Chauveau et al., 2011), il convient de relativiser la responsabilité de l’homme par le caractère exceptionnel du phénomène naturel : la surcote mesurée a atteint environ 1,50 m dans un large rayon comprenant les secteurs littoraux situés entre La Tranche-sur-Mer, en Vendée, et l’embouchure de la Charente, ce qui constitue une valeur considérable. Ces phénomènes semblent néanmoins récurrents. Très récemment, le 10 mars 2008, la tempête Johanna fut la cause de la submersion d’une partie des côtes Nord-Ouest de la France (Caspar et al., 2010 ; Cariolet et al., 2010), provoquant des inondations, un recul du trait de côte et des dommages sur les infrastructures littorales et les habitations. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Feuillet, Étienne Chauveau et Laurent Pourinet, « Xynthia est-elle exceptionnelle ? Réflexions sur l’évolution et les temps de retour des tempêtes, des marées de tempête, et des risques de surcotes associés sur la façade atlantique française », Norois, 222 | 2012, 27-44.

Référence électronique

Thierry Feuillet, Étienne Chauveau et Laurent Pourinet, « Xynthia est-elle exceptionnelle ? Réflexions sur l’évolution et les temps de retour des tempêtes, des marées de tempête, et des risques de surcotes associés sur la façade atlantique française », Norois [En ligne], 222 | 2012, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://norois.revues.org/3866 ; DOI : 10.4000/norois.3866

Haut de page

Auteurs

Thierry Feuillet

Auteur correspondant : Tel : 33 (0)2 53 48 76 76. Fax : 33 (0)2 53 48 76 50. LETG-Géolittomer-Nantes – UMR 6554 CNRS, Université de Nantes – Campus du Tertre, BP 81 227, 44 312 Nantes Cedex 3, France. thierry.feuillet@univ-nantes.fr

Étienne Chauveau

etienne.chauveau@univ-nantes.fr

Laurent Pourinet

laurent.pourinet@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page