Navigation – Plan du site

Zones construites, zones désertes sur le littoral atlantique. Les leçons du passé

Built zones, desert zones on the Atlantic littoral. Lessons of the past
Martine Acerra et Thierry Sauzeau

Résumés

Cet article explore la question des relations entre les installations en zone littorale, la mémoire locale et les connaissances officielles sur l’environnement littoral. Sous l’angle historique, cette étude peut débuter sous le règne de Louis XIV. Les archives officielles témoignent de l’intérêt de Colbert pour la mémoire locale dans le processus de décision de l’installation du port et arsenal de Rochefort. La Révolution Française a modifié ce mode de décision et la Monarchie Libérale (1830-1848) en a fondé un autre. Ainsi, les autorités ont laissé les communautés littorales libres d’aménager des marais et des polders par elles mêmes, en intervenant le moins possible. Le siècle suivant (1850-1950) a connu un accroissement du contrôle administratif. La mémoire locale a été collectée et connectée aux progrès scientifiques afin de donner naissance à une doctrine officielle de développement littoral. La croissance du tourisme a définitivement brisé ce modèle, en substituant une société urbaine et sans racines aux modes de vie traditionnels et anciens, réglés par la mémoire locale. Au même moment, les technologies numériques ont établi un monopole sur la formation des ingénieurs. Cela a contribué à faire avancer la connaissance des littoraux mais cela a aussi accéléré la perte de la mémoire locale, particulièrement celle des risques côtiers.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Recueillir l’expérience des riverains pour penser la mer
La monarchie absolue et l’appropriation officielle du savoir local
Les Lumières ou la décision éclairée par l’expérience du terrain
Le littoral entre convoitise et expertise
Exploiter la mer : l’exaltation de l’initiative locale par la monarchie libérale
Entre domaine public maritime et construction d’une mémoire officielle
Un littoral vulnérable, sans racines ni mémoire
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Cet article a pour objectif de souligner, à partir d’une documentation officielle couvrant les périodes moderne et contemporaine, la prudence de répartition de la population littorale en des temps où le risque à vivre sur les côtes faisait partie des mémoires et la récente construction d’une vulnérabilité littorale. À partir des archives, de l’iconographie, des cartes, plans, correspondances et autres discours manuscrits, il est possible de percevoir un enchaînement de causes et d’effets concernant l’occupation de la frange côtière. Depuis la Renaissance, le roi et son pouvoir centralisateur tentent de « soumettre le rivage » (Zysberg, 1995). Pour ce faire, ils doivent apprendre à connaître le territoire frontalier de la mer bordant le royaume de France sur deux de ses faces atlantique et méditerranéenne. Quels que soient les motifs poussant à ces investigations, développées alors que la plupart des provinces maritimes sont tardivement rattachées au royaume, ils ont pour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Acerra et Thierry Sauzeau, « Zones construites, zones désertes sur le littoral atlantique. Les leçons du passé », Norois [En ligne], 222 | 2012, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://norois.revues.org/4048 ; DOI : 10.4000/norois.4048

Haut de page

Auteurs

Martine Acerra

auteur correspondant : tel : 33 (0)2 40 14 11 05. fax : 33 (0)2 40 14 14 23. CRHIA– EA 1163, Centre de Recherches en Histoire International et Atlantique, Université de Nantes, Chemin de la Censive-du-Tertre, BP 81227, 44 312 Nantes Cedex 3, France. martine.acerra@univ-nantes.fr

Thierry Sauzeau

CRIHAM – EA 4270, Centre de Recherches Interdisciplinaires Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie, Université de Poitiers, 36 rue de La Chaine, 86 022 Poitiers Cedex, France (thierry.sauzeau@univ-poitiers.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page