Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

La France et ses paysans

Jean-Pierre Houssel
p. 107-108
Référence(s) :

Emmanuel Laurentin, 2012. La France et ses paysans, Paris, Bayard/France-Culture, 219 p., 16,90 €

Texte intégral

1Voilà un livre original du journaliste Emmanuel Laurentin, producteur de la série La Fabrique de l’Histoire, devenue quotidienne en 2004 sur France-Culture. Il regroupe ici les six émissions consacrées à ce sujet entre 2002 et 2010, dans un texte de 114 pages sous le titre De la méprise à la déprise, complété par cinq documents : tables rondes et entretiens. Il ne faut pas y rechercher une histoire classique et encore moins une géographie mais, comme l’indique le titre, la perception que le pays a de ses paysans et l’image qu’en donnent les médias.

2La première partie consacrée aux belles années de la mutation de 1950 à 1970 est assez proche de ce qu’en disent les historiens : la prépondérance des agrariens dans les organisations professionnelles avant la guerre, un portrait classique de la période de Vichy nuancé par l’action des paysans dans la Résistance. Le rôle de l’INRA et de l’administration accompagnés par la recherche universitaire comme l’étude de Plozévet en Bretagne qui a révélé Edgar Morin est présenté comme majeur dans la révolution technique. En fait l’action des fils de paysans passés par la JAC (Jeunesse Agricole Catholique et non pas Chrétienne comme indiqué) est décisive dans son élaboration et son adoption dans les organismes conçus et gérés en commun comme les CUMA (pour les machines agricoles), les CETA (Centres d’Études Techniques Agricoles) et les groupements de producteurs. À travers le CNJA (Centre, et non pas Cercle National des Jeunes Agriculteurs) et avec l’entremise d’Edgard Pisani, ils sont les artisans de l’élaboration des Lois d’orientation agricole de 1960 et 1962. Tout cela est d’ailleurs bien décrit. Mais la rédaction en courtes parties thématiques obère le rendu de la succession des phases du changement. On s’étonne que la révolution fourragère, innovation agronomique majeure, dont l’inégale adoption aurait permis de rendre compte des inégalités territoriales face à l’évolution ne soit pas signalée.

3Pour la période postérieure qui conduit à la situation présente, les représentations et l’apparition de courants nouveaux prennent une place majeure, comme l’indique la succession des autres thèmes à côté des sujets économiques : la PAC toujours recommencée, la réussite agroalimentaire, la diminution rapide du nombre des exploitations. L’accent est porté successivement sur la contestation de la nouvelle FNSEA par les paysans-travailleurs de Bernard Lambert vers 1970, la gauche au pouvoir, l’arrivée des écologistes, le Larzac, les flamboyantes années de l’histoire rurale, le temps des récits des temps anciens, les femmes aussi (la promotion apportée par la JAC féminine), les divisions nouvelles (José Bové, la Confédération Paysanne), la représentation de l’abandon (Biquefarre et Depardon), le grand nombre de suicides d’exploitants, les questions d’appellation (la remise à l’honneur du terme paysan et le désarroi de la profession). La variété des approches montre qu’un regard extérieur est toujours utile aux spécialistes de nos disciplines.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://norois.revues.org/docannexe/image/4618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Houssel, « La France et ses paysans », Norois, 226 | 2013, 107-108.

Référence électronique

Jean-Pierre Houssel, « La France et ses paysans », Norois [En ligne], 226 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://norois.revues.org/4618

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page