Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Les paysans, récits, témoignages et archives de la France agricole (1870-1970)

Jean-Pierre Houssel
p. 108-109
Référence(s) :

Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau, 2012. Les paysans, récits, témoignages et archives de la France agricole (1870-1970), Paris, Les arènes, 112 p., 29,90 €

Texte intégral

1Ce livre est le cinquième d’une nouvelle collection, l’Histoire entre nos mains, les précédents ayant été étant consacrés aux Français sous l’Occupation (1939-1945) en 2 tomes, à L’Algérie (1954-1962), à La France rouge à partir des archives du PCF (1871-1981). Ces beaux livres sont présentés sous étui et couvertures cartonnés, illustrés de photos couleurs. L’intérieur est réparti en titres constitués de deux pages se faisant face, où les textes laissent la plus grande place aux photos et cartes postales et ce qui en constitue l’originalité, à la reproduction de documents provenant d’archives publiques et surtout familiales sollicitées pour l’occasion. Ils sont soit simplement reproduits, soit ce qui est nouveau, disposés en feuillets intercalés ou détachables de leur étui. Ce sont disent les auteurs « des traces d’histoire pour la première fois devenues accessibles, archives vivantes et uniques entre nos mains ». Si le coût supplémentaire en main-d’œuvre n’est guère répercuté sur le prix de vente, c’est que le livre est imprimé en Chine.

2Il allait de soi que le sujet des paysans souvent repris dans l’édition actuelle ne tarderait pas à être retenu. Il a été confié aux deux animateurs du Pôle rural de l’Université de Caen, reconnu de portée nationale. Le thème du changement sans précédent entre 1870 et 1970 s’imposait. Le découpage en périodes : 1870-1918, 1919-1945, 1946-1970 est bien choisi. Chacune est construite autour de son caractère dominant en une dizaine de centres d’intérêt. La première présente la prépondérance de la paysannerie à travers les attelages, l’importance du travail à la main, médailles et concours, la maison et la vie de tous les jours, mais aussi les apports de la République (l’école, l’arrivée des radicaux) et la catastrophe du phylloxéra. Trois doubles-pages sont à juste titre consacrées à la guerre de 1914-1918. Pour la période suivante, la tradition est rappelée par les métiers du village, la basse-cour, et aussi par le maintien des campagnes chrétiennes, mais la pratique religieuse n’est pas la même partout comme l’aurait montré une carte du chanoine Boulard. Le changement est représenté par l’électricité et les mouvements sociaux par les grèves de 36. La guerre 39-45 retient à bon droit la moitié des pages : les prisonniers, la terre point d’appui de l’État français, mais aussi le STO, l’accueil des réfugiés, la résistance.

3La période de 1946 à 1970 fait sa place aux aspects de la société paysanne destinés à s’estomper comme le jour du cochon, la chasse, mais cela aurait gagné à être regroupé. Le changement, c’est en suivant les titres l’arrivée du tracteur, le remembrement, le passage à la banque, barrages et barricades (sans oublier la sous-préfecture de Morlaix), de la mécanisation à la motorisation, un bétail performant, la vie moderne et la promotion de la femme. Tout cela a été préparé par « une jeunesse militante », celle de la JAC et de la JACF (Jeunesse Agricole Catholique/Féminine), qui fait l’objet de la double-page 58-59 et l’épilogue est confié à Michel Debatisse (p. 77). Suivent des textes, souvenirs ou études, qui terminent le volume (p. 78-103).

4Mais le rôle tenu par les anciens de la JAC/F n’est pas dégagé, en particulier à travers le CNJA, ce qui aboutit aux lois d’orientation de 1960 et 1962 qui ne sont pas signalées. D’autre part, si deux pages de textes sont consacrées à la révolution fourragère, explicitée par ses promoteurs René Dumont et Pierre Chazal (p. 97) et à travers la description d’exploitations (p. 98), le terme et les suites n’apparaissent pas sous le titre un bétail performant. Un simple commentaire de la photo p. 71 aurait montré l’entrée d’une stabulation libre et le renouvellement du troupeau, ici avec la race pie-noire. Les différenciations dans la mise en œuvre de l’intensification laitière sont à la base des inégalités territoriales qui ne sont pas évoquées. Qu’on nous permette enfin une suggestion de vocabulaire. Je propose qu’on ajoute issus de la paysannerie à chefs d’exploitation pour ceux qui ont accompli la mutation, afin de les distinguer de ceux restés proches des paysans d’hier et de ceux qui pratiquaient dès l’avant-guerre la grande culture.

5Le livre se termine par une chronologie, des tableaux statistiques synthétiques et une bibliographie. Ce beau livre « à feuilleter et à manier en famille » sait aussi répondre aux exigences habituelles des publications scientifiques, ce qui n’est pas toujours le cas.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://norois.revues.org/docannexe/image/4621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 903k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Houssel, « Les paysans, récits, témoignages et archives de la France agricole (1870-1970) », Norois, 226 | 2013, 108-109.

Référence électronique

Jean-Pierre Houssel, « Les paysans, récits, témoignages et archives de la France agricole (1870-1970) », Norois [En ligne], 226 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://norois.revues.org/4621

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Houssel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page