Navigation – Plan du site

Théodore Lefebvre, un bon géographe pour Poitiers ?

Identités sociale, professionnelle et disciplinaire entre stratégies, rivalités et affinités dans la géographie française de l’entre-deux-guerres (1933-1934)
Théodore Lefebvre, a good geographer for Poitiers ? Social, professional and disciplinary identities between strategies, rivalries and affinities in the interwar French academic geography (1933-1934)
Nicolas Ginsburger
p. 7-19

Résumés

En 1933, Théodore Lefebvre soutint à la Sorbonne une thèse de géographie humaine sur les Pyrénées basques. Quelques mois plus tard, il fut nommé maître de conférences à l’université de Poitiers, où il resta dix ans. Pourtant il n’était pas le seul candidat, pas même le meilleur, et sa thèse fut rapidement critiquée, mais l’appui d’universitaires influents comme Albert Demangeon ou Lucien Febvre l’ont fait choisir au détriment de Pierre Deffontaines, André Meynier et Roger Dion, favori d’Emmanuel De Martonne. Cette étude a pour objectif de suivre les logiques académiques et sociales expliquant cette nomination et les identités professionnelles qui se sont exprimées à cette occasion, dans le cadre d’une description des multiples tensions dans la géographie universitaire française dans l’entre-deux-guerres, entre Ecoles de Paris et de Grenoble, géographies physique et humaine, chrétiens et anticléricaux, enfin historiens et géographes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 26 juillet 2013, définitivement accepté le 26 janvier 2014

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une bonne thèse ? Louanges, critiques et affrontements des écoles
Évaluer Lefebvre : une question de points de vue
Informations, illustrations et explications : une thèse minutieuse, mais touffue
Plan, géographie physique et bibliographie : l’œuvre d’un geographe maladroit ?
La nomination de 1933 : un choix difficile ?
Rentrer dans l’enseignement supérieur, une situation bloquée ?
Tout sauf Deffontaines
A qui le poste ? Les critères de la décision
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le 1er juillet 1933, Théodore Lefebvre (1889-1943), professeur agrégé au lycée Charlemagne de Paris, soutenait sa thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne (Lefebvre, 1933). Son jury, présidé par Emmanuel De Martonne (1873-1955), professeur à la Faculté des lettres de Paris depuis 1909, et composé notamment de son directeur de thèse, Albert Demangeon (1872-1940), lui aussi professeur à Paris depuis 1911, lui décerna la mention « Très honorable », à l’unanimité. Pourtant, deux jours après la soutenance, De Martonne écrivait à Jacques Cavalier (1869-1937), Directeur de l’Enseignement Supérieur depuis 1926 :

« La nomination de Dion [à l’université de Poitiers] serait préférable [à celle de Lefebvre]. […] La lecture du Rapport sur la soutenance de Lefebvre justifiera je pense ces indications. Je regrette de devoir lui préférer Dion, car il m’est très sympathique. »

Que De Martonne, « chef d’orchestre » de l’Ecole française de géographie depuis la mort de son maître et beau-père...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « Théodore Lefebvre, un bon géographe pour Poitiers ? », Norois, 230 | 2014, 7-19.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Théodore Lefebvre, un bon géographe pour Poitiers ? », Norois [En ligne], 230 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://norois.revues.org/4983 ; DOI : 10.4000/norois.4983

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine (2010), Professeur (enseignement secondaire) au Raincy (93), Chercheur associé – Equipe E.H.GO (Géographie-Cités UMR 8504 – CNRS Paris), adresse personnelle : 56 avenue Philippe-Auguste 75011 Paris (nicolas.ginsburger@wanadoo.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page