Navigation – Plan du site

Le quotidien peut-il être durable ? Routines dans la baie de San Francisco

Can daily life be sustainable? Thinking about routines from a fieldwork conducted in the San Francisco Bay area
Nathalie Ortar
p. 13-25

Résumés

Les pratiques de consommation relèveraient d’un mélange de routinisation et de réflexivité en relation avec des considérations environnementales. Les habitudes s’insèrent de plus dans un ensemble de pratiques affectant le quotidien qui se doivent d’être analysées pour en comprendre le sens. Dans cet article nous souhaitons nous arrêter sur l’entrelacs des routines relevant de différents domaines de la vie de tous les jours, allant de l’achat de nourriture, sa consommation, à la propreté, aux mobilités quotidiennes et de loisirs, aux causes de leur évolution dans le temps, afin de réfléchir au sens des relations existant entre ces domaines ainsi qu’aux différents niveaux de justifications et de silence à partir d’une enquête dans la baie de San Francisco.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 19 juin 2013 et définitivement accepté le 24 mars 2014.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Contexte
Organiser le quotidien : des routines entre choix et contraintes
Freins au changement
Compartimenter: les silences du quotidien
Temporalité des apprentissages
La société contre le quotidien
Changement sociétaux et glissement des routines
Silences sur les impacts environnementaux de la mobilité
Routines et politiques publiques : une relation de dépendance
Conclusion

Aperçu du texte

Les régimes de transformation des pratiques sociales sont une question récurrente des recherches portant sur le développement durable. Elles ont été documentées en sociologie principalement par les travaux d’Elizabeth Shove (2003) sur les mécanismes à l’origine de nos ressentis et normes, au travers d’une analyse de nos pratiques actuelles mais aussi de l’histoire industrielle et des politiques publiques et commerciales et ceux de Salvador Juan (2009) sur les trois types d’incohérence écologique en matière de consommation, provenant de la faiblesse de l’offre de produits écologiquement durables, des contradictions personnelles en matière de consommation et d’une interdépendance des usages. Dans son dernier ouvrage, Elizabeth Shove se propose de dépasser ces premières analyses pour accéder à une intelligibilité des pratiques sociales en s’interrogeant sur leur évolution. Il s’agit de découvrir les clés de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Ortar, « Le quotidien peut-il être durable ? Routines dans la baie de San Francisco », Norois, 231 | 2014, 13-25.

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Le quotidien peut-il être durable ? Routines dans la baie de San Francisco », Norois [En ligne], 231 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://norois.revues.org/5066 ; DOI : 10.4000/norois.5066

Haut de page

Auteur

Nathalie Ortar

LET, UMR 5593 CNRS, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, rue Maurice Audin, 69580 Vaulx-en-Velin, France (nathalie.ortar@entpe.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page