Navigation – Plan du site

La densification : un tabou dans l’univers pavillonnaire ?

Is suburban densification a taboo?
Annabelle Morel-Brochet
p. 93-108

Résumés

Les quartiers pavillonnaires ont la réputation d’être figés sur le plan morphologique, notamment en raison d’une réticence de leurs habitants au changement de leur cadre de vie et à la densité. Pourtant, les lotissements constitués au cours du premier xxe siècle témoignent d’une densification avérée, progressive et spontanée. Cet article a pour objectif d’apprécier d’une part comment ils ont pu évoluer au fil des décennies et jusqu’aux transformations en cours. D’autre part, il interroge la manière dont la population y participe et les reçoit à l’heure où la densification est un objectif majeur du développement durable urbain. Reprenant le chemin autrefois emprunté par F. Dubost pour le quartier des Coudreaux (banlieue parisienne) et J. Jeanneau pour le quartier du Bois-du-Roy (banlieue d’Angers), on a retenu ces deux lotissements pour y conduire un travail d’observation et d’enquête qualitative par entretiens.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 19 juin 2013 et définitivement accepté le 17 mars 2014.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Des bois aux quartiers
Une densification multiforme
Densification résidentielle par construction de collectifs (initiative publique ou privée)
Densification résidentielle par construction d’une maison supplémentaire (initiative privée individuelle)
Densification bâtie par extension ou rehaussement d’un étage
Densification humaine sans augmentation de la densité bâtie
La réception du phénomène
Tous prêts à densifier ?
La densité : des mots aux actes
Les raisons de la passivité
La densification côté pile… et côté face
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les périphéries pavillonnaires, depuis leurs premiers développements au début du XXe siècle jusqu’à leurs inscriptions périurbaines les plus récentes, ont fait l’objet de vives critiques et de propos souvent simplificateurs, alors même qu’elles recouvrent une grande diversité de contextes, liée à leur épaisseur historique, leur situation par rapport à la ville, leur composition sociale ou leur configuration matérielle.

Elles ont incarné dès l’entre-deux-guerres « les descendantes dégénérées des faubourgs » (Le Corbusier, 1971 [1943], p. 44), puis un espace de sécession (Donzelot, 2009) ou de relégation (Cavailhès et Selod, 2003 ; Rougé, 2005). Elles symbolisent désormais, avec l’avènement du développement durable dans la sphère publique, l’anti-modèle de la ville durable tant du point de vue écologique (Berque et al., 2006) que morphologique (Trottin, 2004 cité par Desg...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annabelle Morel-Brochet, « La densification : un tabou dans l’univers pavillonnaire ? », Norois, 231 | 2014, 93-108.

Référence électronique

Annabelle Morel-Brochet, « La densification : un tabou dans l’univers pavillonnaire ? », Norois [En ligne], 231 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://norois.revues.org/5102 ; DOI : 10.4000/norois.5102

Haut de page

Auteur

Annabelle Morel-Brochet

ESO, UMR 6590 CNRS, Université de Caen, IUT d’Alençon (Département Carrières sociales, Gestion urbaine), 61250 Damigny, France (annabelle.morel-brochet@unicaen.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page