Navigation – Plan du site

Les altermobilités : une mise en pratique des valeurs écologiques ?

Are altermobilities an application of ecological values?
Stéphanie Vincent-Geslin
p. 113-124

Résumés

Au travers d’une réflexion sur les mobilités durables, appelées altermobilités, cette contribution questionne l’hypothèse d’une détermination des pratiques par les valeurs écologiques. Une réflexion théorique sur les valeurs en sociologie permet de remettre en question le caractère mécanique, normatif et unidirectionnel de l’influence des valeurs sur les pratiques. En effet, une multiplicité de valeurs peut être associée à une même pratique. Du reste, il apparaît que l’adoption des altermobilités s’explique bien plus par l’ordre des faits, sous l’influence des contraintes et des opportunités que par la présence des valeurs. Enfin, si la relation est majoritairement pensée dans le sens de l’influence des valeurs sur les pratiques, cette dernière peut également se renverser pour rendre compte de la manière dont la pratique même des altermobilités contribue à façonner des valeurs écologiques qui justifient et légitiment ces pratiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 19 juin 2013 ; définitivement accepté le 27 février 2014.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Définition et caractéristiques des valeurs
Une même pratique, plusieurs valeurs
De la mise en pratique des valeurs…
… À la mise en valeur des pratiques ?
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis le début des années 2000, la question de la préservation de l’environnement a pris de plus en plus de place sur la scène médiatique mais aussi dans l’action publique. En outre, les grandes enquêtes d’opinion montrent une adhésion très forte des Français aux valeurs écologiques. Ainsi, les travaux de Jean-Pierre Bozonnet mettent en avant l’idée que « le grand récit écologiste qui a émergé dans les années 70 en Occident et qui correspond à une transformation majeure de la conception que les sociétés se font de leur rapport à la nature est désormais bien installé dans les esprits en France » (Bozonnet 2009). Ce grand discours écologiste se caractérise en premier lieu par le passage d’un discours anthropocentré à un discours écocentré qui ne place plus l’homme mais la nature au cœur du grand récit post-industriel (Bozonnet, 2009 ; Dunlap et al., 2000). En second lieu, il se caractérise par la conscience...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Vincent-Geslin, « Les altermobilités : une mise en pratique des valeurs écologiques ? », Norois, 231 | 2014, 113-124.

Référence électronique

Stéphanie Vincent-Geslin, « Les altermobilités : une mise en pratique des valeurs écologiques ? », Norois [En ligne], 231 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://norois.revues.org/5112 ; DOI : 10.4000/norois.5112

Haut de page

Auteur

Stéphanie Vincent-Geslin

Laboratoire de Sociologie Urbaine (LaSUR), EPFL, Bâtiment BP 2235, Station 16, CH-1015 LAUSANNE, Suisse (stephanie.vincent@epfl.ch)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page