Navigation – Plan du site

Habiter les espaces ruraux : les enjeux des formes de mobilité des jeunes. Regards interdisciplinaires

Living in rural areas: interdisciplinary perspectives on young people’s mobility
Mélanie Gambino et Olivier Desmesure
p. 25-35

Résumés

En s’appuyant sur des éléments de réflexion issus de plusieurs recherches dans des disciplines peu habituées à travailler ensemble, la géographie et la psychopathologie, nous livrons une analyse sur une partie mal connue de la jeunesse contemporaine, les jeunes de 15 à 25 ans qui vivent dans les espaces ruraux de faible densité de population. A partir de deux études de cas internationales (en France et en République d'Irlande), nous considérons, en prenant pour objet les modes d’habiter, que les mobilités des jeunes sont désormais plurielles. Elles se déclinent sur le mode de la circulation, de l'ancrage ou de l'errance. Elles trouvent leur origine dans leur rapport au territoire et dans les formes que les jeunes définissent à leur trajectoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 25 mars 2014, définitivement accepté le 19 décembre 2014

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
« L'habiter », point de départ d'une analyse pluridisciplinaire des mobilités des jeunes
Les modes d’habiter dans les espaces ruraux aujourd’hui : entre captivité et ancrage
Ruralité et mobilité : le sens de la proximité
Ruralité et instabilité résidentielle
La ruralité construite autour de la sédentarité
Une approche psychopathologique de l’habiter relative aux pratiques et aux affects exprimés par les jeunes
Les sables mouvants comme mobilité décalée
L’errance comme autre forme de mobilité
Les trajectoires et les espaces de l’intérieur
Diversité des mobilités et place des jeunes
Conclusion : les jeunes ruraux, une appropriation décalée de la mobilité

Aperçu du texte

Introduction

La jeunesse rurale en tant que stéréotype renvoyant à la société paysanne n’existe plus. Ce groupe a subi de nombreuses transformations : la jeunesse rurale n’est pas la jeunesse agricole et présente des caractéristiques populaires et ouvrières (Galland, Lambert, 1993). De plus, les modes de vie, les valeurs et les loisirs tendent à s’homogénéiser entre jeunes urbains et jeunes ruraux. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a plus de jeunes dans les espaces ruraux. Mais, comme le souligne N. Renahy (2005), bien souvent la jeunesse rurale apparaît reléguée par rapport à celle des espaces urbains, davantage médiatisée. Les jeunes ruraux ont, en outre, le sentiment d'être moins considérés que ceux vivant dans des espaces urbains (Bronner, 2007). La récente crise économique a renforcé ce sentiment, d'autant plus que les espaces ruraux de faible densité offrent peu d'op...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Gambino et Olivier Desmesure, « Habiter les espaces ruraux : les enjeux des formes de mobilité des jeunes. Regards interdisciplinaires », Norois, 233 | 2014, 25-35.

Référence électronique

Mélanie Gambino et Olivier Desmesure, « Habiter les espaces ruraux : les enjeux des formes de mobilité des jeunes. Regards interdisciplinaires », Norois [En ligne], 233 | 2014, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://norois.revues.org/5401 ; DOI : 10.4000/norois.5401

Haut de page

Auteurs

Mélanie Gambino

UMR Dynamiques Rurales (MA 104) - Université de Toulouse II Jean Jaurès, 5, Allées Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, France (gambino@univ-tlse2.fr)

Olivier Desmesure

Centre de recherche en médecine et psychanalyse (EAD N°3522) - Université de Paris VII Diderot, 5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, France. Conseiller jeunesse DDCSPP Dordogne. (olivier.desmesure@dordogne.gouv.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page