Navigation – Plan du site

Exposition au bruit, gêne sonore, plainte et mobilisation habitante : de la cohabitation à l'appropriation de l'espace-temps nocturne festif

Étude de cas des centres-villes de Caen et Rennes
Sound exposure, noise annoyance, complaint and inhabitant commitment: from cohabitation to nocturnal celebration space-time appropriation. The examples of Caen and Rennes city centres
Étienne Walker
p. 7-28

Résumés

Les pratiques festives dans les espaces publics produisent parfois des ambiances sonores bruyantes dans les centres-villes, la nuit. En comparant les niveaux de bruit aux ressentis des habitants proches, le constat d'une cohabitation difficile s'impose. L'acceptabilité du bruit festif se différencie en fonction de l'exposition sonore de l'habitant, mais plus encore des normes relatives aux usages productif et récréatif, à la sécurité et la santé ou encore à l'appartenance territoriale, propres aux différents groupes sociaux. Certains riverains vont même se mobiliser pour faire face au bruit festif. Rendant publique leur gêne, ils se regroupent en collectifs et ont recours aux pétitions et lettres ouvertes aux institutions pour tenter de s'approprier l'espace-temps du centre-ville nocturne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 22 juillet 2014, définitivement accepté le 25 janvier 2015.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Méthodologie de recherche
Les effets d'âge dans les temps et lieux de la fête nocturne
Une géographie sonore pour appréhender la fête et les ressentis des habitants
L'exposition au bruit de la fête ne fait pas la gêne
De la gêne à la plainte : tactiques individuelles et registres de justification
De la gêne à la mobilisation : tentatives collectives et rapport aux institutions
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Ces dernières années, la création de collectifs et d’associations de riverains se mobilisant contre les débordements des pratiques festives nocturnes à Caen et Rennes notamment nous a amené à nous intéresser aux cohabitations nocturnes dans les hypercentres de ces villes. La production récente de textes et dispositifs (charte de la vie nocturne, médiation de rue, arrêtés, fermetures administratives) par les pouvoirs locaux est encore le signe de l'actualité des questions relatives à la fête nocturne. Plus précisément, l'étude porte sur les quartiers Écuyère et Port à Caen et Sainte-Anne à Rennes, espaces présentant à la fois une offre et des pratiques festives nocturnes à proximité d'habitat dense.

Les pratiques festives ont fait l’objet de recherches, notamment en géographie (Deleuil, 1994 ; Charlier, 2004) et en sociologie (Bonny, 2012 ; Moreau, Pecqueur, 2009). Ces c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Walker, « Exposition au bruit, gêne sonore, plainte et mobilisation habitante : de la cohabitation à l'appropriation de l'espace-temps nocturne festif », Norois, 234 | 2015, 7-28.

Référence électronique

Étienne Walker, « Exposition au bruit, gêne sonore, plainte et mobilisation habitante : de la cohabitation à l'appropriation de l'espace-temps nocturne festif », Norois [En ligne], 234 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://norois.revues.org/5456 ; DOI : 10.4000/norois.5456

Haut de page

Auteur

Étienne Walker

Doctorant ESO-Caen, UMR 6590 Espaces et Sociétés, Université de Caen Basse-Normandie, Maison de la Recherche en Sciences Humaines, Esplanade de la Paix, 14032 Caen Cedex 5 (etienne.walker@unicaen.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page