Navigation – Plan du site

L’application de la DCE dans les départements et régions d’outre-mer : la mise en lumière des discordances entre le concevable et le possible à la Martinique

Application of the EU Water Framework Directive in the French Overseas Departments: highlighting discrepancies between the conceivable and the possible in Martinique, French West Indies
Guillaume Lalubie, Jean-Raphael Gros-Désormeaux et Thierry Nicolas
p. 51-66

Résumés

Dans un contexte de changements environnementaux globaux, la question de la gestion de l’eau est d’autant plus exacerbée dans les départements et régions d’outre-mer français (Drom). Les savoirs incertains relatifs au contexte de changement global sont en contradiction avec le concept de « conditions de référence » mis en œuvre par la directive cadre européenne sur l’eau (DCE). Les contextes, où incertitude et risque s’entremêlent, autorisent l’hypothèse d’une probable discordance entre des injonctions prévues par la DCE et les possibilités de gestion autorisées par les situations locales. L’objectif de cette contribution est d’interroger les situations Dromiennes sur leur capacité à répondre aux injonctions de la DCE. Si l’application de la DCE dans les Drom a effectivement été porteuse d’efforts soutenus dans la concertation territoriale et l’acquisition de connaissances scientifiques, l’insuffisance de données scientifiques historiques ne permet pas de définir des « conditions de référence » selon une conception métastable de l’équilibre des écosystèmes. L’exemple de la Martinique illustre les difficultés que rencontrent les Drom à donner sens au concept de « conditions de référence » difficilement définissable à cause d’incertitudes dans les savoirs technico-scientifiques. Au delà de cette question, l’inertie autour de la mise en œuvre d’actions concrètes est d’autant plus exacerbée dans ces territoires. Les situations conjoncturelles où incertitude des savoirs, risque et principe de précaution s’entremêlent, sont favorable à accroître les durées de mise en œuvre de l’action collective. Les organisations compétentes sur la gestion des milieux aquatiques dans les Drom gagneraient à investir les instruments financiers qui dynamiseraient la préservation et l’amélioration de l’état écologique des systèmes aquatiques, à partir de « conditions de référence » notamment instituées selon les valeurs socio-écologiques des systèmes aquatiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 18/11/2014. Accepté définitivement le 15/05/2015. Auteur correspondant : Guillaume Lalubie.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La mise en application de la DCE dans les orientations du Sdage : de la directive à sa planification locale
Décryptage de la DCE par l’intermédiaire des Sdage
Les avancées procurées par la DCE
Des éléments contextuels contraignant l’application de la DCE : entre incertitude et risque
Un contexte socio-écologique propice à l’incertitude
Un contexte environnemental propice à l’exacerbation des risques
Les difficultés d’applicabilité de la DCE : le cas de la Martinique
Un contexte d’incertitudes des savoirs technico-scientifiques
L’inertie du principe de précaution
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les départements et régions d’outre-mer français sont des territoires tropicaux répartis entre l’arc insulaire des Petites Antilles pour la Guadeloupe et la Martinique, le plateau amazonien pour la Guyane et l’océan Indien pour Mayotte et la Réunion (figure 1). Dans un contexte de changements environnementaux globaux, la question de la gestion de l’eau est d’autant plus exacerbée sur ces espaces insulaires (Magnan, 2009). Gabrielle Bouleau et Didier Pont (2014) démontrent que les savoirs incertains relatifs au contexte de changement global sont en contradiction avec le concept de « conditions de référence » mis en œuvre par la directive cadre européenne sur l’eau, la DCE. S’inscrivant dans la tendance actuelle des New Public Management (NPM), ce concept a pour objet de donner sens aux enjeux de préservation et d’amélioration de l’état écologique des systèmes aquatiques, tout en autorisant des usages durables, ainsi que l’approvisionnement en eau pour les populations.

Figu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lalubie, Jean-Raphael Gros-Désormeaux et Thierry Nicolas, « L’application de la DCE dans les départements et régions d’outre-mer : la mise en lumière des discordances entre le concevable et le possible à la Martinique », Norois, 235 | 2015, 51-66.

Référence électronique

Guillaume Lalubie, Jean-Raphael Gros-Désormeaux et Thierry Nicolas, « L’application de la DCE dans les départements et régions d’outre-mer : la mise en lumière des discordances entre le concevable et le possible à la Martinique », Norois [En ligne], 235 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://norois.revues.org/5614 ; DOI : 10.4000/norois.5614

Haut de page

Auteurs

Guillaume Lalubie

EA 929, AIHP-GEODE, B.P. 7207, Université des Antilles, 97 275 Schœlcher cedex, France (g.lalubie@hotmail.fr)

Jean-Raphael Gros-Désormeaux

UMR-CNRS 8053, CRPLC, B.P. 7207, Université des Antilles, 97 275 Schœlcher cedex, France (jrgrosde@martinique.univ-ag.fr)

Thierry Nicolas

Centre IRD de Cayenne, B.P. 165, 97 323 Cayenne Cedex, France (thierrynicolas@wanadoo.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page