Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Un littoral sans nature ?

Céline Chadenas
p. 153-154
Référence(s) :

Coline Perrin, Un littoral sans nature ? L’avenir de la Méditerranée face à l’urbanisation, Rome, École française de Rome, « Coll. de l’École française de Rome ; 481 », ISBN 978-2-7283-0962-7 350 p., ill. n/b et coul.

Texte intégral

1Sous la direction de Coline Perrin, l’ouvrage Un littoral sans nature ? L’avenir de la méditerranée face à l’urbanisation, réunit 6 chapitres principaux, déclinés pour chacun d’entre eux en une introduction et plusieurs études de cas. Si l’on peut regretter, sur le plan de la forme, une cartographie parfois difficile à lire, en revanche, il est illustré par des schémas et surtout de nombreuses photographies, la plupart du temps de très bonne qualité, qui viennent justement enrichir les propos des auteurs. L’étude de cas proposée par André Humbert « Observations diachroniques des littoraux espagnols. Cinquante ans de conquêtes et de concurrences » est à ce titre remarquable.

2Sans le dire aussi directement, cet ouvrage traite de la difficulté à porter un discours clair et à mener des actions efficaces en faveur du développement durable sur les espaces littoraux. En effet, plusieurs auteurs soulignent la nécessité de pérenniser et/ou préserver les espaces agricoles et les milieux naturels (appelés dans cet ouvrage « espaces ouverts » par opposition aux espaces urbains), insistant sur le rôle que cette protection peut jouer en matière de maintien des paysages et consécutivement de maintien de l’attractivité du territoire littoral pour le tourisme. À ce titre, le chapitre « Valoriser la multifonctionnalité des espaces agricoles et naturels littoraux » propose plusieurs études de cas et celle concernant la plaine de Soukra dans le Grand Tunis montre bien que les paysages ouverts que sont les espaces agricoles ont subi là-bas les mêmes dommages que sur d’autres littoraux, en Vendée par exemple, au cours des mêmes périodes : le développement d’une urbanisation à vocation touristique a été mené au détriment des terres agricoles parfois délaissées, et qui n’ont, que dans de rares cas, été préservées. Le projet du Grand Tunis semble proposer une alternative particulièrement intéressante, dans laquelle la multifonctionnalité de ces espaces semble être mise en avant. C’est là un défi auquel de nombreuses villes sont confrontées, pas seulement sur le littoral, d’ailleurs, l’agriculture péri-urbaine étant, en France au moins, une préoccupation importante dans le contexte d’étalement urbain qu’elle connaît.

3Dans ce contexte de difficile partage de l’espace, ce n’est pas un hasard si l’un des chapitres propose une analyse du foncier. C’est en effet l’un des principaux freins au maintien de l’agriculture et à la protection de la nature, « avec la spécificité de la problématique foncière sur le littoral », comme le soulignent Clotilde Buhot et Yann Gérard dans leur introduction intitulée « Étudier le foncier, un enjeu pour l’aménagement des littoraux méditerranéens ».

4Finalement, les deux premiers chapitres « Les limites du littoral » et « L’urbanisation du littoral » sont, a priori, les moins novateurs car ils reprennent des éléments de connaissance déjà analysés sur d’autres littoraux et sur lesquels de très nombreuses publications ont été réalisées. Cependant, chacun est agrémenté d’études de cas qui apportent des éclairages pertinents sur ces thématiques et le troisième chapitre intitulé « Conflits sur le littoral » vient à point nommé, soulignant la crispation des jeux d’acteurs résultant d’une difficulté à organiser l’espace littoral.

5Deux éléments sont à regretter dans cet ouvrage. Tout d’abord, les exemples portent, à l’exception d’une contribution sur le Grand Tunis, sur la partie nord de la Méditerranée. Il aurait été intéressant d’illustrer « L’avenir de la méditerranée face à l’urbanisation » par d’autres portions du littoral méditerranéen. Ensuite, il est dommage que l’ouvrage s’appuie sur des constats et ne répond que très peu à la question qu’il pose « Un littoral sans nature ? » et qu’au final, peu d’études de cas permettent de dessiner l’avenir de ce littoral.

6Il n’en reste pas moins que l’ouvrage coordonné par Coline Perrin et notamment les études de cas qu’il contient, constitue un apport intéressant pour qui se préoccupe des questions littorales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Chadenas, « Un littoral sans nature ? », Norois, 235 | 2015, 153-154.

Référence électronique

Céline Chadenas, « Un littoral sans nature ? », Norois [En ligne], 235 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://norois.revues.org/5659

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page