Navigation – Plan du site

La stratégie de la Chine en Arctique : agressive ou opportuniste ?

China's strategy in the Arctic : aggressive or opportunist?
Frédéric Lasserre, Olga V. Alexeeva et Linyan Huang
p. 07-24

Résumés

Dans un contexte de bouleversements climatiques dans l’Arctique, la fonte rapide du pergélisol, le recul des glaciers et la fonte de la banquise créent des occasions stratégiques et économiques qui n’ont pas échappé aux États riverains. L’intérêt pour la région ne se limite pas aux pays directement concernés. La Chine, par exemple, sans accès direct à l’Arctique, a adopté une attitude officielle très prudente ; cependant, ses efforts diplomatiques, économiques, politiques et scientifiques dans cette région suscitent des réactions négatives de la part des médias occidentaux. Ils dressent souvent un portrait d’une Chine ambitieuse et arrogante, prête à bousculer la souveraineté des pays arctiques pour défendre ses intérêts dans cette région. Dans cette optique, il paraît pertinent d’analyser les activités de la Chine en Arctique et de tenter d’identifier quelle est la stratégie de Pékin dans cette zone polaire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 16/02/2015 et définitivement accepté le 20/05/2015

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Un intérêt scientifique ancien de la Chine pour les régions polaires
Quelle production scientifique chinoise au sujet de l’Arctique ?
Le déploiement d’outils de recherche en Arctique
Une posture diplomatique agressive en Arctique ?
La fin du mutisme quant à la position officielle de la Chine
Une diplomatie chinoise active vers l’Arctique européen
Des intérêts d’ordre économique pour la Chine ?
Un intérêt pour l’extraction minière qui prend forme
L’exploitation des hydrocarbures, un rêve coûteux ?
La navigation commerciale dans l’Arctique
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le premier transit du passage du Nord-Est, au nord des côtes sibériennes en août 2013, par un navire de commerce chinois, le Yongsheng de la compagnie d’État Cosco, illustre-t-elle les ambitions arctiques de Pékin ? Dans le contexte des changements climatiques, on observe un intérêt grandissant pour l’Arctique dans les discours des médias sur les enjeux de souveraineté, sur l’abondance supposée de ressources naturelles et sur l’ouverture possible de nouvelles routes maritimes (Holmes, 2008 ; Grupta, 2009, p. 174-177 ; Lasserre, 2010). La région de l’Arctique concerne huit pays, dont cinq, le Canada, la Russie, les États-Unis, la Norvège et le Danemark (via le Groenland), sont directement riverains de l’océan du même nom. La fonte de la banquise suscite d’importants débats et de scénarios sur les occasions économiques et stratégiques dans les pays avoisinants en quête, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Lasserre, Olga V. Alexeeva et Linyan Huang, « La stratégie de la Chine en Arctique : agressive ou opportuniste ? », Norois, 236 | 2015, 07-24.

Référence électronique

Frédéric Lasserre, Olga V. Alexeeva et Linyan Huang, « La stratégie de la Chine en Arctique : agressive ou opportuniste ? », Norois [En ligne], 236 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://norois.revues.org/5681 ; DOI : 10.4000/norois.5681

Haut de page

Auteurs

Frédéric Lasserre

Directeur de projet, ArcticNet. Professeur au Département de géographie, Université Laval, Québec. (Frederic.Lasserre@ggr.ulaval.ca)

Articles du même auteur

Olga V. Alexeeva

Professeur d’histoire de la Chine, Département d’histoire, Université de Québec à Montréal (UQÀM)

Linyan Huang

Candidate au doctorat, Université Laval, Québec

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page