Navigation – Plan du site
Conflits de lieux, lieux de conflits

L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ?

Étude de cinq territoires ruraux
Can place attachment be a vector for political engagement? A study of five rural areas
Léa Sebastien
p. 23-41

Résumés

Cette contribution s’inscrit dans l’approche spatiale de l’attachement au lieu, encore peu développée dans la littérature. Notre objectif est d’identifier différents types d’attachements qui peuvent exister à propos d’un lieu, d’analyser comment cet attachement se manifeste auprès des autres et sur le territoire et d’appréhender dans quelles conditions un attachement au lieu peut poser les bases d’un engagement politique. L’analyse de 142 entretiens menés entre 2005 et 2015 sur cinq terrains d’étude en milieu rural souligne la diversité des formes que l’attachement peut revêtir, diversité en termes d’entités aimées (nature, modernité, tradition) et d’implications sociales comme spatiales. Au niveau social, nous montrons que l’attachement au territoire est davantage vecteur de conflit que de coopération et que s’il est très présent d’un point de vue individuel, il s’inscrit rarement collectivement. Sur le plan spatial si certains acteurs présentent un attachement restreint à quelques entités sans implication envers elles, la majorité des attachés se mobilisent dans la recherche de nouveaux savoirs et dans la protection des entités aimées. Nous souhaitons montrer ici qu’un attachement au lieu peut se traduire politiquement si les acteurs d’un territoire sont actifs 1) dans la transmission de l’attachement à autrui (lien identitaire) ; 2) dans l’accumulation de savoirs et pour la protection des entités aimées et de leur environnement (lien différentiel). Ces deux indicateurs représentent le terreau pour le développement d’une identité spatiale collective et d’un engagement politique en faveur du lieu aimé.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 30 novembre 2015 et accepté le 3 juin 2016.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Contexte théorique
Attachement au lieu : définitions
Prédominance du social sur le spatial dans l’attachement
Quelle place du spatial dans l’attachement au lieu ?
Cadre méthodologique
Le modèle de l’Acteur en 4 Dimensions et la place de l’attachement
Résultats
La diversité des objets créant de l’attachement
La diversité des types d’attachement au territoire
Forêts de Sologne
Chagga : coup de cœur pour la nature
Dans la Plaine, chacun son attachement
L’attachement institutionnalisé des Barthes
Le capital patrimonial de Beauce
Attachement au lieu et rapport social
Attachement au lieu et rapport patrimonial
L’attachement au lieu traduit politiquement
Conclusion

Aperçu du texte

Contexte théorique

Attachement au lieu : définitions

Une question a tourmenté les chercheurs lors de l’inscription de la période contemporaine dans la globalisation, la mobilité croissante, l’homogénéité spatiale, la perte des spécificités culturelles : le lieu fait-il toujours sens pour les individus ? (Beatley, 2004 ; Casey, 1997). Malgré la montée en puissance de ce qu’Augé, 1992, nomme les non-lieux, la réponse est positive : les lieux n’ont pas perdu de leur signification, bien au contraire. Leur place dans le monde moderne est même revalorisée notamment dans les quartiers, villages ou petites villes (Janz, 2005 ; Kruger et Jakes, 2003). Le lieu se réfère à un espace auquel une signification a été donnée à travers des processus individuels, collectifs ou culturels (Tuan, 1975 ; Stedman, 2003) : mémoires, symboles, et expériences multi-sensorielles vécues et ress...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Sebastien, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? », Norois, 238-239 | 2016, 23-41.

Référence électronique

Léa Sebastien, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? », Norois [En ligne], 238-239 | 2016, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 17 août 2017. URL : http://norois.revues.org/5846 ; DOI : 10.4000/norois.5846

Haut de page

Auteur

Léa Sebastien

Université Toulouse 2, laboratoire CNRS Geode – 5 allée Antonio Machado, 31000 Toulouse Cedex 9 lea.sebastien@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page