Navigation – Plan du site
Conflits de lieux, lieux de conflits

Pratiques de nature populaires et écologisation du territoire

Les effets sociaux de la requalification d’un espace littoral
Working-class Practices Relating to Nature and the Ecologization of Territories. The Social Effects of the Reclassification of a Coastal Area
Laurence Nicolas
p. 59-67

Résumés

Beauduc, plage du littoral camarguais, fait depuis plusieurs décennies l’objet d’une appropriation sociale de l’espace relevant des couches populaires locales. Celles-ci y érigent des cabanons, sans droit ni titre, formant le support de pratiques de sociabilité, de nature et de loisirs et leur multiplication aboutit à la constitution d’un lieu à soi, favorisant l’entre soi. Improbable utopie populaire, cette zone de non droit est également le lieu d’un ressaisissement et d’un épanouissement d’une citoyenneté active. L’action associative et militante des usagers, soutenus localement, permet à ces modes d’habiter le littoral d’être érigés en biens culturels, éventuellement « patrimonialisables ». S’y côtoient, sans toutefois se mélanger, nouveaux usages sportifs, loisirs balnéaires et pratiques plus traditionnelles du territoire de type pêche et cabanon. Ces pratiques sont cependant loin de faire consensus quant à leur légitimité et leur valeur culturelle. Contestées dans leur existence même par l’appareil législatif (loi Littoral), elles sont également largement décriées d’un point de vue environnemental par les instances locales et nationales de protection de la nature. Sévèrement sanctionnée en 2004 par des opérations de démolition menées par le Préfet de région, cette action collective « déviante » est aujourd’hui confrontée à l’arrivée du Conservatoire du littoral. Ce nouvel acteur public amène à une requalification de l’espace, dans laquelle cette action collective peine à prendre place et à faire valoir sa pratique citoyenne, son mode d’habiter le littoral et le rapport à la nature dont elle est porteuse. La question que propose d’examiner cet article est la suivante : quels éléments de distorsion cognitive autour du rapport à la nature bloquent la (re)connaissance de cette citoyenneté active ?

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 15 septembre 2015, accepté le 26 mai 2016.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction : Au commencement fut l’appropriation… de la lagune
Inventaire des formes matérielles de l’appropriation ou comment fonder une cité idéale…
Un monde presque parfait, « sous la poubelle, la plage »
Quand le conflit fait naitre le lieu, l’impossible patrimonialisation de l’utopie des gratte-plage
La mise en ordre des « éco-vilains », de la démolition à la normalisation
L’insupportable relation du maître à l’élève
Vers la perte d’un lien au milieu ?

Aperçu du texte

Introduction : Au commencement fut l’appropriation… de la lagune

Depuis le milieu du xxe siècle, Beauduc, bout de littoral camarguais, isolé et difficile d’accès, situé aux marges d’un espace industriel voué à l’exploitation salicole, est laissé en déshérence aux mains de couches populaires locales. Ces dernières saisissent là, promptement, l’occasion de se bâtir à peu de frais des rêves de cabanes de pêcheurs et de résidences secondaires. Ce faisant, ces « opportunistes de peu » ne se distinguent guère d’autres cas d’appropriation similaire sise au bord des étangs saumâtres du midi de la France (Gourret, 1898 ; Bataille-Barragué, 1992 ; Baissette, 1996 ; Collectif Bourdigou, 1979) et plus ou moins destinée à la chasse, à la pêche, à la convivialité et à la villégiature balnéaire. Les cabanons marseillais (Gontier, 1991) témoignent aussi de ce même engouement pour ces abris...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Nicolas, « Pratiques de nature populaires et écologisation du territoire », Norois, 238-239 | 2016, 59-67.

Référence électronique

Laurence Nicolas, « Pratiques de nature populaires et écologisation du territoire », Norois [En ligne], 238-239 | 2016, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://norois.revues.org/5865

Haut de page

Auteur

Laurence Nicolas

ethnologue indépendante à RESSOURCE & chercheure associée à l’UMR ESPACE 7300- groupe DESMID, 1 rue Parmentier 13200 Arles, France (Laurence.b.nicolas@wanadoo.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page