Navigation – Plan du site
Résumés de thèses, colloque et séminaire

Colloque de Saumur, Habiter le patrimoine

Université européenne d’été, Val de Loire patrimoine mondial – Université d’Angers, 13-16 octobre 20031
Inhabiting our heritage
Vincent Veschambre
p. 112-113
  • 1 Les actes du colloque viennent d’être publiés : Gravari-Barbas (M.) (dir.), 2005. – Habiter le patr (...)

Troisième édition de l’Université Européenne d’été, le colloque Habiter le patrimoine a réuni plus d’une cinquantaine de chercheurs venus d’horizons disciplinaires divers (pour la plupart géographes mais aussi sociologues, anthropologues, historiens, architectes…), autour de l’hypothèse suivante : « le meilleur moyen pour protéger le patrimoine, c’est de l’occuper, de l’habiter ». Orienté a priori sur des enjeux de protection du patrimoine, ce colloque a en fait beaucoup plus porté sur la manière dont les groupes sociaux se positionnent par rapport aux héritages bâtis.

C’est la notion d’appropriation, présente de manière explicite ou implicite dans l’ensemble des communications, qui a constitué le fil conducteur de ce colloque. « Habiter le patrimoine » présuppose en effet une appropriation préalable, qu’elle soit physique ou mentale, matérielle ou affective. Plusieurs auteurs ont décrit comment les groupes et les individus font leurs des lieux, des bâtiments, des objets qui ont été construits ou fabriqués par d’autres, dans un passé plus ou moins lointain et plus ou moins valorisant : l’enjeu patrimonial est toujours celui d’une réappropriation. Et faire référence au patrimoine constitue pour ces individus et ces groupes une manière de légitimer le fait d’habiter aujourd’hui ces héritages, reconnus par la société. Les différentes communications ont montré comment cette caution du passé est instrumentalisée, consciemment ou non, afin de fonder les modalités de l’occupation présente de l’espace. Cela implique de la part des individus ou des groupes sociaux, la mise en place de discours fondateurs, légitimant les rapports qu’ils entretiennent aux lieux, à travers la référence au temps.

Cette problématique de l’appropriation de l’espace à travers le patrimoine, rejoint pour partie le questionnement autour de la mobilité et de la capacité inégale des individus à se sentir chez eux dans une pluralité de lieux, à petite échelle. Plusieurs auteurs ont montré que l’explosion des mobilités dans la deuxième moitié du xxe siècle a profondément modifié la manière dont les individus et les groupes investissent l’espace, via le patrimoine notamment, qui constitue un point d’ancrage privilégié. Les contributions qui ont porté sur les rapports entre d’une part les élites sociales ou les touristes qui maîtrisent la mobilité et d’autre part les sociétés locales qui y sont confrontées ou la subissent, montrent que l’on peut aujourd’hui se tailler son « domaine patrimonial » bien loin de sa résidence principale. Des initiatives telles que la constitution du « patrimoine mondial » légitiment l’appropriation de ces « pieds à terre patrimoniaux » par ces « élites circulantes ».

Les communications ont donc montré la manière dont les lieux peuvent être habités successivement (gentrification), alternativement (fréquentations touristiques) ou parallèlement (coexistence de différents groupes sociaux dans le même espace). C’est ainsi que plusieurs auteurs en sont venus à traiter cette question de « l’habiter » en terme de conflit, ces groupes sociaux ayant des capacités inégales d’instrumentalisation du patrimoine.

À travers ce colloque, il apparaît clairement que la référence au patrimoine est devenue une modalité importante pour légitimer une appropriation de l’espace. La capacité inégale à « habiter le patrimoine » constitue aujourd’hui un des paramètres du positionnement social.

Notes

1 Les actes du colloque viennent d’être publiés : Gravari-Barbas (M.) (dir.), 2005. – Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Rennes, PUR, coll. « Géographie sociale », 618 p.

Haut de page