Navigation – Plan du site
Résumés de thèses, colloque et séminaire

Séminaire Patrimoine et développement durable : les villes de l’Ouest au défi de la gouvernance patrimoniale

Organisé par l’UMR ESO – CNRS, soutenu par la ville d’Angers et l’Université d’Angers, 3 décembre 2004, musée des Beaux-Arts d’Angers.
Vincent Veschambre
p. 113
  • 1 Cf. introduction du dossier.
  • 2 Melé P., Conflits patrimoniaux et régulations urbaines, à paraître dans ESO, n° 23.

La question de savoir qui est légitime pour intervenir dans l’espace urbain et contrôler son évolution était également très présente dans le séminaire organisé à Angers par le groupe « politiques patrimoniales » de l’UMR ESO, à la fin de l’année 2004. Cette question du contrôle de l’espace, qui est l’une des modalités de l’appropriation1, a été abordée dans les exposés des chercheurs et dans les tables rondes qui ont fait se rencontrer différents types d’acteurs concernés par les politiques du patrimoine (élus, techniciens, chercheurs du ministère de la Culture, universitaires, associatifs, citoyens…). Derrière la notion de patrimoine, ce qui est en jeu c’est en effet de déterminer ce que l’on conserve, valorise, démolit, ce qui renvoie fondamentalement à la question de l’exercice du pouvoir dans un espace donné. Cette question du pouvoir a été abordée à la fois du point de vue institutionnel et sous l’angle du jeu des acteurs locaux. Les interventions de Patrice Béghain (adjoint à la culture de Lyon) et de Fabrice Thuriot (Université de Reims) ont permis de retracer l’évolution de la place du pouvoir central dans ces questions de définition et de gestion du patrimoine et de préciser les outils dont disposent aujourd’hui les collectivités territoriales pour définir une politique locale, dans le cadre de la loi SRU et des dernières lois de décentralisation. Les interventions de Patrice Melé, sur les « conflits patrimoniaux » (Université de Tours) et de Guy Saez sur « associations et patrimoine » (CNRS – Grenoble) ont éclairé les relations entre acteurs du patrimoine, telles que nous les abordons par exemple dans les villes de l’Ouest. Pour P. Melé, spécialiste des conflits dans les centres des villes, « les conflit et controverses pour la reconnaissance du patrimoine peuvent être considérés comme une entrée privilégiée pour analyser la façon dont les groupes sociaux s’approprient directement ou symboliquement l’espace urbain2 ». Quant à G. Saez, qui a mené une grande enquête nationale sur la montée en puissance des associations dans le champ patrimonial, il a décrit leurs modalités d’appropriation symbolique ou identitaire des lieux patrimoniaux, au moyens de visites, expositions, travaux d’archives, collectes de mémoires, conférences… qui sont autant de moyens de légitimation et d’identification valorisante à ces espaces patrimonialisés. Ces deux interventions ont introduit la table ronde sur « patrimoine et lien social : à qui appartient le patrimoine ? », au cours de laquelle ont été évoquées les formes de mobilisation autour du patrimoine, dans des villes comme Rennes, Nantes ou Angers. En interrogeant les politiques du patrimoine, nous en sommes donc venus à traiter des enjeux de légitimation et de visibilités des différents pouvoirs et groupes sociaux dans l’espace urbain, le patrimoine représentant un levier non négligeable en matière d’appropriation de cet espace.

Notes

1 Cf. introduction du dossier.

2 Melé P., Conflits patrimoniaux et régulations urbaines, à paraître dans ESO, n° 23.

Haut de page