Navigation – Plan du site
Conflits de lieux, lieux de conflits

Une carte, trois communes et deux États

Conflits pour l’appropriation institutionnelle de pâturages alpins frontaliers
One map, three villages and two States. Conflicts over the institutional appropriation of alpine pastures in border areas
Lucie Bargel
p. 85-95

Résumés

Cet article se situe dans la période de retrait de l’administration italienne et d’installation de son homologue française après le déplacement de la frontière des Alpes du Sud par le traité de paix de 1947. À travers un désaccord relatif à l’usage de pâturages, il pose la question du degré de prise de l’État sur ces territoires de montagne et étudie la saisie institutionnelle de ce lieu, en soulignant la diversité des acteurs engagés dans ce conflit territorial et la multiplicité de rapports au territoire et de formulation d’intérêts « nationaux » qui en découle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 15 septembre 2015, définitivement accepté le 28 juin 2016

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des appartenances nationales localement instables
Les effets administratifs du déplacement d’une frontière
Un conflit ancré dans l’histoire du « rattachement »
L’échec des solutions administratives face aux acteurs politiques locaux
L’absence de consensus sur les instruments
Le débordement de la saisie administrative de l’espace
Multiplication des acteurs politiques et montée en technicité de la saisie de l’espace
Des autorités nationales plurielles : la fragmentation de « la France » et de « l’Italie »
« L’expertise neutre » pour outrepasser les acteurs politiques locaux

Aperçu du texte

Avec quels outils appréhende-t-on un territoire ? Depuis les années 1970, la géographie n’est plus la discipline née « à l’ombre de l’armée » et longtemps « impliquée dans la production des discours de légitimation d’une action sur l’espace, au service d’un pouvoir politique dominant, que ce soit par des cartes ou des textes » (Dumont, 2011). En particulier, sa tendance critique insiste depuis une vingtaine d’années sur le caractère socialement et politiquement construit de l’outil « carte » (Wood, 1992 ; 2010). Elle rencontre ainsi les historiens de la cartographie (Harley, 2001) : Kain et Baigent (1992) montrent combien la carte cadastrale, instaurée par l’autorité politique à partir du xvie siècle en Europe, constitue un point d’appui pour toute une série de ses « monopoles » (Weber, 1921) : politique fiscale, patrimoniale, etc. Tous insistent sur l’incorporation des intérêts étatiques dans les outils c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Bargel, « Une carte, trois communes et deux États », Norois, 238-239 | 2016, 85-95.

Référence électronique

Lucie Bargel, « Une carte, trois communes et deux États », Norois [En ligne], 238-239 | 2016, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 01 mai 2017. URL : http://norois.revues.org/5884 ; DOI : 10.4000/norois.5884

Haut de page

Auteur

Lucie Bargel

Université Côte-d'Azur, ERMES et CESSP, avenue Trotabas – 06050 Nice cedex 01. bargel@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page