Navigation – Plan du site
Note de lecture

La notion d’appropriation

dans Segaud (M.), Brun (J.), Driant (J.-C.), 2002. – Dictionnaire de l’habitat et du logement, Paris, A. Colin, 480 p.
et dans Lévy (J.), Lussault (M.) (dir.), 2003. – Dictionnaire de la géographie, Paris, Belin, 1 034 p.
Vincent Veschambre
p. 115-116
Référence(s) :

Segaud (M.), Brun (J.), Driant (J.-C.), 2002. – Dictionnaire de l’habitat et du logement, Paris, A. Colin, 480 p.
Lévy (J.), Lussault (M.) (dir.), 2003. – Dictionnaire de la géographie, Paris, Belin, 1 034 p.

Texte intégral

1En construisant un dossier thématique autour d’une notion, il paraissait utile d’aller voir comment elle était abordée à travers les dictionnaires récents. Sans prétendre à une note de lecture exhaustive sur les ouvrages en question, l’entrée appropriation nous fournit l’occasion d’y effectuer des sondages et d’en évoquer l’esprit et la démarche.

  • 1 Qui est bien un point de vue sur la géographie, le dictionnaire « d’une » géographie comme le préci (...)

2En s’attachant à fixer le vocabulaire de la discipline, le Dictionnaire de la géographie1 a le mérite de nous offrir un outil rigoureux sur lequel nous appuyer pour interroger nos propres usages.

3Dans ce dictionnaire, la notion d’appropriation semble souvent utile aux auteurs, puisqu’elle figure dans le lexique, est présente dans 39 entrées (dont 22 fois en référence à l’espace), apparaissant même dans certaines des entrées majeures : Carte, Cartographie, Espace, Espace public, Découper, Habiter, Territoire, etc.

4Mais la notion n’apparaît jamais centrale : de manière significative, il n’y a pas d’entrée appropriation et à quelques exceptions près, elle n’est pas utilisée pour définir d’autres notions. L’appropriation n’apparaît au premier plan que dans trois entrées : géopolitique (où la notion est constitutive d’une des définitions), habiter en référence à des auteurs qui l’utilisent spécifiquement (comme H. Lefebvre), et territoire où la notion est bien présente, mais pour être récusée.

5Pour J. Lévy et B. Debarbieux qui ont rédigé deux des trois définitions de territoire, la notion serait trop large, trop diverse pour être pertinente. Pour J. Lévy notamment, toute forme de rapport à l’espace, toute la spatialité renverrait à l’appropriation, ce qui en ferait selon lui « une notion difficilement tenable » (p. 908). L’un et l’autre récusent en particulier l’idée que le territoire se définirait en référence à l’appropriation, tout en reconnaissant qu’une telle façon de définir territoire est courante, voire dominante.

  • 2 Ripoll (Fabrice), Veschambre (Vincent), 2002. – « Face à l’hégémonie du territoire : éléments pour (...)
  • 3 Ce qu’il explicite par le fait que « s’instaurent des rapports spécifiques d’appartenance réciproqu (...)

6Ce n’est donc pas en tant que telle, mais comme moyen de définir un type d’espace, que la notion d’appropriation est ici rejetée. Ce qui confirme ce que nous avions déjà constaté, à savoir que la notion est rarement discutée pour elle-même2. À travers appropriation, qu’il ne définit pas, J. Lévy se réfère d’abord à un « état », au fait qu’un espace soit « approprié3 », ce qui pour lui est pléonastique. Pour notre part, nous avons au contraire privilégié une conception dynamique de l’appropriation, dans laquelle la qualification de l’espace n’est pas une fin en soi, mais plutôt la mise en évidence des rapports de pouvoir, des conflits et plus largement de la dimension spatiale des rapports sociaux.

7Pour reprendre une formulation appliquée dans le dictionnaire à la notion d’habiter, nous pensons nécessaire de « spécifier le terme appropriation et de lui conférer une véritable place dans une théorie géographique ».

8Dans un registre spécifique, le dictionnaire de l’habitat et du logement accorde une place de choix à l’appropriation, qui est présente dès l’introduction et donne lieu à une entrée parmi les plus développées. À travers ces deux notions, ce dictionnaire a pour ambition d’organiser un champ interdisciplinaire, insuffisamment défriché par les sciences sociales. La collaboration de chercheurs issus de multiples disciplines vise à appréhender les différentes dimensions d’une même réalité, que M. Mauss qualifiait de « phénomène social total ».

9En définissant d’emblée l’appropriation comme « adaptation de quelque chose à un usage défini ou à une destination précise », P. Serfaty-Garzon, qui est psycho-sociologue semble s’inscrire dans une certaine tradition sociologique, qui semble éloignée de notre approche en terme de « prise de possession » et « d’exclusivité » dont nous avons fait notre point de départ. Mais elle affirme très rapidement le lien avec les notions de « possession », de « propriété », au sens non seulement juridique mais également affectif.

10C’est du côté de Marx que l’auteur situe l’origine de l’usage sociologique de l’appropriation, qui est définie en rapport aux objets produits par l’individu, comme « intériorisation des savoirs et des savoir-faire ». L’appropriation est donc associée à l’action sur le monde, au travail, à la praxis, mais comme accomplissement individuel et non comme démarche collective.

11C’est avec H. Lefebvre et P.-H. Chombart de Lauwe que l’auteur voit apparaître la dimension collective de l’appropriation, le premier ayant fait de cette notion le « socle d’un droit à la ville » et le second ayant mis en exergue « les rapports de dominance, liés à la conquête et à la défense de la propriété de l’espace urbain » (p. 28).

12L’auteur insiste ensuite sur sa spécialité, la psychologie environnementale, qui s’empare à partir des années 1970 du « concept d’appropriation de l’espace et d’appropriation du chez soi ». D’autres notions, qui sont jugées plus familières et moins problématiques, y sont associées, le privé, l’espace défendable et la territorialité, comme « comportement visant à constituer une zone contrôlée par un individu ou un groupe » (p. 29). Nous retrouvons là l’idée que le registre du territoire est plus volontiers mis en avant et exploré que celui de l’appropriation. Par rapport à ces notions, axées sur l’idée de « contrôle », l’appropriation est présentée comme plus large, « même si l’une de ses modalités est la maîtrise des lieux ».

13L’auteur fait également référence au courant microsociologique (H. Raymond) et aux travaux sur l’habitat, le pavillonnaire notamment : l’appropriation (de l’habitat) est définie comme « l’ensemble des pratiques et, en particulier, des marquages qui lui confèrent les qualités d’un lieu personnel ». Dans cette approche, le marquage par la disposition des objets ou les interventions sur l’espace habité est considéré comme « l’aspect matériel le plus important de l’appropriation ». Les modèles d’appropriation sont assimilés à des « dispositions à engendrer des pratiques » au sens bourdieusien d’habitus, ou en d’autres termes à des compétences, mais sans que soit explicitée l’idée que tout le monde n’a pas les mêmes capacités à s’approprier son habitat.

14Aussi intéressante soit-elle pour le géographe, cette définition de l’appropriation reste tropcentrée sur la construction du sujet et néglige la dimension collective du processus d’appropriation de l’espace résidentiel avec ses conflits et ses enjeux de positionnement social. Mais en privilégiant l’entrée appropriation par rapport à l’entrée territoire, ce dictionnaire a le mérite de mettre l’accent sur les processus, sur les rapports à l’espace, plutôt que sur l’espace proprement dit.

Haut de page

Notes

1 Qui est bien un point de vue sur la géographie, le dictionnaire « d’une » géographie comme le précisent d’emblée ses coordinateurs.

2 Ripoll (Fabrice), Veschambre (Vincent), 2002. – « Face à l’hégémonie du territoire : éléments pour une réflexion critique », dans Jean (Yves), Calenge (Christian), Lire les territoires, coll. « perspectives villes et territoires », n° 3, p. 261-288.

3 Ce qu’il explicite par le fait que « s’instaurent des rapports spécifiques d’appartenance réciproque entre l’habitant et l’espace habité » (p. 908).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Veschambre, « La notion d’appropriation », Norois, 195 | 2005, 115-116.

Référence électronique

Vincent Veschambre, « La notion d’appropriation », Norois [En ligne], 195 | 2005/2, mis en ligne le 11 août 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://norois.revues.org/589

Haut de page

Auteur

Vincent Veschambre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page