Navigation – Plan du site
Conflits de lieux, lieux de conflits

La « zone à défendre » de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique

The “Area to Be Defended” at Notre-Dame-des-Landes, or the Art of Inhabiting Places as Political Strategy
Frédéric Barbe
p. 109-130

Résumés

Le conflit socio-environnemental de Notre-Dame-des-Landes est actuellement l’un des plus importants conflits de ce type en Europe. Malgré sa longévité et sa complexité, malgré les coûts politiques et financiers qu’il engendre, malgré les formes d’innovation que l’on peut y trouver et les questions de gouvernance qu’il adresse à tous, ce haut lieu est peu enquêté par les sciences sociales. Dans la première partie, nous examinons le lieu du conflit et les conditions de la recherche dans ce lieu. Dans la deuxième partie, nous proposons d’élargir le périmètre habituellement considéré et d’offrir un récit réaliste de l’expérience de la « zone à défendre ». Ainsi, nous voulons montrer comment s’articulent la figure du haut lieu politique et des mises en réseau plurielles et à des échelles variées. Au travers de ces trois entrées, nous suggérons la réalité d’un « habiter en conscience d’habiter » comme ressource politique construite et partagée par des acteurs hétérogènes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Note reçue le 15 septembre 2015, définitivement acceptée le 26 mai 2016

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une participation observante émancipée dans un conflit socio-environnemental
Historique d’une absence des sciences sociales
Une relation de recherche, la participation observante
L’habiter d’une lutte
L’habiter et la contre-expertise
L’endroit et l’envers d’un conflit : relier deux « habiter »
L’expérience de la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes
Deux « habiter » paradoxaux : celui de l’ingénieur, celui du naturaliste
Le haut lieu et le réseau
Le haut lieu, une figure géographique
Comment le haut lieu résonne dans les territoires proches
« ZAD PARTOUT » ou la mise en réseau à l’échelle nationale et européenne
Conclusion : l’habiter d’un mouvement, l’habiter en mouvement

Aperçu du texte

Depuis l’automne 2012, la « zone d’aménagement différé » de Notre-Dame-des-Landes créée en 1974 est devenue la « zone à défendre », un territoire de 1650 hectares, singulier dans ses formes de résistance et de sécession, surmédiatisé et pourtant faiblement étudié par les sciences sociales. Imaginé à la fin des années 1960 (Oream, 1971), le projet de construction d’un second aéroport international d’intérêt régional à proximité de Nantes est réactivé en 2000 sous le gouvernement Jospin et la déclaration d’utilité publique est actée en 2008. La construction de l’opposition à ce projet est inscrite dans cette longue durée et dans un espace multi-échelles. Trois générations d’habitants sont concernées. Ce que ses acteurs nomment « le mouvement » se réfère à de nombreux conflits proches ou lointains, actifs ou patrimonialisés : deux projets de centrales nucléaires en Basse-Loire, l’aménagement du bassin de la L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Barbe, « La « zone à défendre » de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois, 238-239 | 2016, 109-130.

Référence électronique

Frédéric Barbe, « La « zone à défendre » de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois [En ligne], 238-239 | 2016, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://norois.revues.org/5898 ; DOI : 10.4000/norois.5898

Haut de page

Auteur

Frédéric Barbe

géographe, Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités, UMR Architectures Ambiances Urbanités 1563, Ensa Nantes – 6 quai François Mitterrand, BP16202 - 44262 Nantes Cedex 2 frederic.barbe@crenau.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page