Navigation – Plan du site
Compte rendu bibliographique

D. Pinson, S. Thomann, La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse

Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 2002 191 p.
Jean Rivière
p. 117-118
Référence(s) :

D. Pinson, S. Thomann, 2002. – La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 191 p.

Texte intégral

  • 1 Ripoll (F.), Veschambre (V.), groupe « Appropriation » (coord.), 2004. – « Appropriation », ESO. Tr (...)
  • 2 Notamment Raymond (H., M.-G.), Haumont (A., N.), 1964. – L’habitat pavillonaire, Paris, CRU ; Haumo (...)

1L’ouvrage de D. Pinson et S. Thomann propose une contribution originale à l’étude des mondes périurbains. Alors que la question de l’appropriation de l’espace est curieusement peu présente en géographie1, les deux auteurs entendent renouveler les études impulsées par H. Lefebvre sur l’habitat pavillonnaire2 en questionnant « les pratiques et les représentations des accédants à la villa périurbaine, en tentant de mieux faire apparaître […] dans leur propos, le rapport du projet domestique avec son contexte métropolitain ». Sur le plan méthodologique, la recherche s’appuie sur des entretiens semi-directifs avec les membres de familles qui vivent dans trois communes de l’aire métropolitaine d’Aix-Marseille.

  • 3 C’est ce que traduit le titre « Habiter l’espace avec, sans, contre les autres » de la préface de J (...)

2La notion d’appropriation est envisagée sous plusieurs facettes au fil du texte. La vie au sein de la maison – et du jardin perçu comme un espace de nature idéalisée – est ainsi abordée sous l’angle de l’appropriation affective, de l’intime, du bien-être d’habiter « chez-soi » avec ses enfants. Conjointement, l’appropriation de la villa périurbaine est traitée au sens matériel et financier, dans le cadre d’une stratégie de constitution d’un patrimoine. Sur ce point, les entretiens réalisés soulignent la crainte, chez les nouveaux propriétaires, de voir le capital que représente la villa dévalué par l’arrivée de groupes sociaux jugés indésirables (syndrome NIMBY)3. L’analyse de ces discours nous renseigne alors sur les rapports qu’entretiennent les habitants à l’autre, au voisinage, et au Monde ; rapports sociaux dont on peut faire l’hypothèse qu’ils participent à faire de la région un fief historique du Front National (Vitrolles et Marignane sont à quelques kilomètres des lieux de l’enquête).

3Par rapport aux travaux antérieurs sur l’appropriation immatérielle de l’habitat (souvent axés sur l’intérieur de la maison, le dedans), le second moment de l’ouvrage, intitulé « Des territoires péridomestiques à l’hyperterritoire métropolitain », permet de penser la villa comme le centre d’un système de lieux ouverts sur l’extérieur. À l’aide de cartes des espaces vécus des membres de familles, les auteurs soulignent combien les mobilités contribuent, à travers des pratiques spatiales liées aux fonctions de l’existence (travail, achats, loisirs…), aux processus d’appropriation selon des schémas réticulaires autour de la maison. Finalement, la villa provençale de D. Pinson et S. Thomann constitue un lieu de vie favorisant le repli sur les siens, tout en imposant des mobilités plus ou moins contraintes avec le reste du système urbain ; c’est là tout le sens de l’expression de « mobi-stabilité ».

Haut de page

Notes

1 Ripoll (F.), Veschambre (V.), groupe « Appropriation » (coord.), 2004. – « Appropriation », ESO. Travaux et documents de l’UMR 6590, Séminaires « Appropriation » et « Habitat et stratégies résidentielles », n° 21, mars, p. 5-107.

2 Notamment Raymond (H., M.-G.), Haumont (A., N.), 1964. – L’habitat pavillonaire, Paris, CRU ; Haumont (N.), 1966. – Les pavillonaires : études psychologiques d’un mode d’habitat, Paris, CRU.

3 C’est ce que traduit le titre « Habiter l’espace avec, sans, contre les autres » de la préface de Jacques Lévy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Rivière, « D. Pinson, S. Thomann, La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse », Norois, 195 | 2005, 117-118.

Référence électronique

Jean Rivière, « D. Pinson, S. Thomann, La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse », Norois [En ligne], 195 | 2005/2, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://norois.revues.org/590

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page