Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Le conflit de Notre-Dame-des-Landes: les terres agricoles, entre réalités agraires et utopies foncières

Farmland and the Notre-Dame-des-Landes Conflict: From Utopian Ownership Models to Agricultural Realities
Cécile Rialland-Juin
p. 133-145

Résumés

Depuis 1974, les promoteurs du projet d’aéroport du Grand Ouest ont réservé une zone d’aménagement différé (ZAD) de 1 650 hectares autour de la commune de Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres au nord de l’agglomération nantaise. Près de quarante années ont passé et, après une série de rebonds, le projet aéroportuaire est rentré dans sa phase opérationnelle lors de la déclaration de son utilité publique en 2008. Il s’est alors heurté à une amplification et radicalisation du mouvement d’opposition. Près de 300 personnes issues de mouvements alternatifs occupent alors illégalement la ZAD et la transforment en « zone à défendre » (ZAD). Au-delà du lieu d’affrontements largement médiatisé, l’espace est devenu entre-temps un véritable creuset d’expérimentations sociales, économiques et politiques. Parmi ces expériences, nous nous sommes particulièrement intéressés à la question des terres agricoles. Porteuses de dynamiques paysagères, les questions autour du foncier agraire sont au cœur d’enjeux socio-économiques et territoriaux. Nous proposons ici une lecture géographique de leurs trajectoires à différentes échelles spatiales et temporelles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Note reçue le 15 septembre 2016, définitivement acceptée le 26 mai 2016

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Des campagnes bocagères sous pression urbaine
Un aménagement différé et l’émergence d’une réserve foncière
Débats autour du devenir des terres agricoles de la Zone d’Aménagement Différé
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est une vieille histoire. Il a pour origine l’ambitieuse politique d’aménagement du territoire initiée dans les années 1960 par la DATAR, avec la mise en place des « métropoles d’équilibre » capables de contrer le « surpoids » de Paris. Aussi, pour accompagner le développement de l’aire métropolitaine de Nantes-Saint-Nazaire, l’idée d’un grand aéroport à vocation internationale, voire intercontinentale, voit le jour. L’aéroport de Château Bougon (l’actuel aéroport Nantes-Atlantique), implanté depuis l’entre-deux guerres à seulement 3 km au sud-ouest de la ville, avec son trafic ne dépassant pas 200 000 passagers, ne saurait suffire. Au bout de trois ans d’études (1965-1968), les services de la préfecture de Loire-Atlantique retiennent le site de Notre-Dame-des-Landes. L’arrêté de création de la Zone d’Aménagement Différé (Z...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Rialland-Juin, « Le conflit de Notre-Dame-des-Landes: les terres agricoles, entre réalités agraires et utopies foncières », Norois, 238-239 | 2016, 133-145.

Référence électronique

Cécile Rialland-Juin, « Le conflit de Notre-Dame-des-Landes: les terres agricoles, entre réalités agraires et utopies foncières », Norois [En ligne], 238-239 | 2016, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 17 août 2017. URL : http://norois.revues.org/5907 ; DOI : 10.4000/norois.5907

Haut de page

Auteur

Cécile Rialland-Juin

LETG-LEESA Angers – UMR 6554 CNRS,11 Bld Lavoisier, 49045 Angers Cedex 01, France ( cecile.rialland-juin@univ-angers.fr ).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page