Navigation – Plan du site

Le lit endigué de la Loire moyenne : de l’image de fleuve sauvage à la reconnaissance de son caractère anthropisé

The diked-up middle Loire river bed: from a wild river image to the recognition of its anthropogenic character
Francesca Di Pietro, Lotfi Mehdi, Clémence Chaudron et Fanny Moyon
p. 7-23

Résumés

Les espaces fluviaux font l’objet d’usages diversifiés et en évolution ; cette diversité d’usages, sur des espaces relativement réduits, ne va pas sans conflits et sans poser des problèmes de gouvernance. La Loire a été investie, depuis une trentaine d’années, d’une valeur écologique et patrimoniale qui l’a identifiée comme un fleuve « sauvage », représentation liée à l’absence de grands ouvrages et au déclin des activités traditionnellement fluviales. Ce caractère « sauvage » de la Loire est plus particulièrement attaché à son lit endigué. Reconnaître la diversité des usages et des fonctions d’un espace est un préalable pour l’envisager comme un socio-écosystème. L’objectif du travail présenté ici est de proposer une démarche pour caractériser la diversité du lit endigué de la Loire moyenne, à partir de la base de données du SIEL (Système d’Information sur l’Evolution du Lit de la Loire), seule base de données incluant les communautés herbacées. La diversité de l’espace inondable a été mise en relation avec ses dimensions longitudinale et transversale, en testant le lien entre l’occupation du sol, issue de descripteurs des communautés végétales, et des indicateurs de la distance amont/aval et de la largeur de l’espace fluvial. Nos résultats montrent que le gradient amont/aval est prépondérant, le lit endigué présentant plus de forêts, de prairies et de sables à l’aval et plus de surfaces artificialisées à l’amont. La largeur du lit endigué est corrélée avec la part de cultures, présentes en proportion non négligeable dans le lit endigué, et localisées de préférence là où le lit est le plus large. A travers l’exploration spatiale de la diversité du lit endigué de la Loire moyenne, nous avons mis en évidence les usages que traduisent certains habitats de cet espace fluvial, qui ne se présente donc pas comme l’espace « sauvage » de représentations sociales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 18 janvier 2016 ; définitivement accepté le 17 novembre 2016.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Site d’étude et méthodologie
Le site d’étude : la Loire moyenne endiguée d’Orléans à Montsoreau
Les données du Système d’Information sur l’Évolution du Lit de la Loire (SIEL)
Des classes de végétation aux classes d’occupation du sol
Segmentation du site d’étude
Calcul de la largeur des tronçons et de leur place dans le gradient amont-aval
Analyses effectuées
Résultats
Dix tronçons hétérogènes
Diversité de l’occupation du sol du lit endigué de la Loire moyenne
Lien avec la dimension de l’espace inter-digues et le gradient amont/aval
Des habitats diversement liés avec l’eau
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les espaces fluviaux font l’objet d’usages diversifiés, croissants en ce qui concerne les activités récréatives, associées à une urbanisation en augmentation, et décroissants en ce qui concerne les activités d’élevage, associées aux prairies permanentes, en diminution (Harrison et al., 2010). Ces tendances sont communes aux fleuves des pays industrialisés (comme le montre le cas du Mid-West des États-Unis : Freeman, Ray, 2001). En France les fonctions récréatives grandissantes dévolues aux espaces fluviaux sont bien documentées pour un large panel de cours d’eau aux dimensions variées, et sont généralement en lien avec des espaces urbains en extension (Montembault, 2004 ; Romain, 2010 ; Ultsch, 2010 ; Féménias & Sirost, 2011; Romain, 2014). Le souci de mieux gérer l’emprise de l’urbanisation sur les corridors fluviaux, dans les zones inondables notamment, a con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Di Pietro, Lotfi Mehdi, Clémence Chaudron et Fanny Moyon, « Le lit endigué de la Loire moyenne : de l’image de fleuve sauvage à la reconnaissance de son caractère anthropisé », Norois, 242 | 2017, 7-23.

Référence électronique

Francesca Di Pietro, Lotfi Mehdi, Clémence Chaudron et Fanny Moyon, « Le lit endigué de la Loire moyenne : de l’image de fleuve sauvage à la reconnaissance de son caractère anthropisé », Norois [En ligne], 242 | 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 17 août 2017. URL : http://norois.revues.org/6030 ; DOI : 10.4000/norois.6030

Haut de page

Auteurs

Francesca Di Pietro

UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais, Parc de Grandmont, F-37200 Tours. tél : (33) 2 47 36 14 52

Lotfi Mehdi

UMR 7362 LIVE, Université de Strasbourg, 3 rue de l’Argonne, F-67000 Strasbourg.

Clémence Chaudron

UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais, Parc de Grandmont, F-37200 Tours.

Fanny Moyon

Fish-Pass, 18 rue de la Plaine, Z.A. des 3 Prés, F-35890 Laillé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page