Navigation – Plan du site

Géographie de l’inondation des marais de la basse-Loire : l’exemple de la crue de l’hiver 2000-2001

Geography of the flooding of the lower Loire wetlands: the example of the winter floods of 2000-2001
Olivier Geffray et Loïc Ménanteau
p. 11-28

Résumés

Connaître la géographie de l’inondation des marais de la Basse-Loire (notamment ceux de l’estuaire de la Loire, de la Brière et du lac de Grand-Lieu) est fondamental pour en assurer une gestion adéquate. Cependant, on doit tenir compte des profondes modifications de leur hydrologie par les aménagements hydrauliques réalisés depuis le xviiie siècle. À partir de l’exemple de la dernière grande crue, survenue au cours de l’hiver 2000-2001, l’article montre l’apport de la télédétection spatiale (images des satellites Landsat 7 ETM+ et Spot 4) et aérienne pour délimiter les marais inondés et d’en calculer la surface, en corrélation avec les niveaux d’eau relevés à la même période. Le cas de la commune de Trignac illustre l’intérêt de ce type d’étude pour prévenir les risques liés à l’urbanisation. Une comparaison intersaisonnière et interannuelle révèle l’extension de l’inondation permanente en raison de la multiplication des étangs de chasse.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été reçu le 7 avril 2004 et définitivement accepté le 22 juillet 2004.

Texte intégral

Introduction

1Délimiter les surfaces inondées des marais de la Basse-Loire (fig. 1) est une condition indispensable pour assurer une bonne gestion de territoires caractérisés par leur fragilité et leur dynamique, et dont la plupart (Brière, estuaire de la Loire, lac de Grand-Lieu, Goulaine et Brivet) font l’objet d’une procédure Natura 20001 en raison de leur intérêt international pour l’avifaune aquatique (Marion et Marion, 1975 ; Marion et al., 1991 ; Marion, 1996).

2L’homme est responsable, par son action, de l’accentuation du caractère pluvial de l’inondation saisonnière, surtout hivernale, de ces marais. En effet, leur hydrologie a été profondément modifiée par les aménagements hydrauliques (endiguements, canalisations, vannes, écluses) réalisés depuis le xviiie siècle (Ottman, 1981 ; Gras, 1984 ; Chardonnet, 1992a et 1992b ; Fattal, 2000 ; Le Marec, 2002 ; Aberlach-Mandy, 2001 ; Vauthier-Vezier, 2001), qui ont conduit à les isoler de l’estuaire proprement dit, et donc à les soustraire à l’influence des marées et des crues de la Loire. Depuis 1900, les débordements du fleuve sont contenus par des rives devenues, à plus de 80 %, artificielles (Cheize, 1998). Le fonctionnement hydrologique dépend aussi de la gestion des niveaux d’eau qui est effectuée par les syndicats de marais (tableau 1), source de nombreux conflits entre les différents utilisateurs (agriculteurs, chasseurs, écologistes) du territoire. Ainsi, à Grand-Lieu, les amplitudes mensuelles de hauteur d’eau ont été fortement réduites, ce qui a provoqué une baisse sensible du niveau du lac et un développement de la végétation.

Tableau 1 : Les syndicats de marais de la Basse-Loire
The “Syndicats de Marais” of the Lower Loire

  • 2 Le SMAHBB fait suite à l’union des syndicats de marais (créée en 1960) qui regroupait la commission (...)
  • 3 Ces dix syndicats de marais datent du xixe siècle (créés entre 1807 à 1965) ; ils s’étendent des co (...)
  • 4 Ces quatre syndicats font partie de l’Union des Marais du Sud Loire, créée en 1957 et qui regroupe (...)

marais

syndicat

principales caractéristiques

Brière

syndicat mixte d’aménagement hydraulique du bassin du Brivet (SMAHBB, créé en 1992)2

4 écluses (d’ouest en est) sur le Brivet, le canal du Priory, le canal de Martigné et le canal de la Taillé

2 autres écluses à Rozé, sur le Brivet, et à l’intersection du canal de la Boulaie

Nord Loire3

syndicat des marais de Saint-Étienne-de-Montluc et de Couëron

syndicat du marais du Syl

syndicat du marais du Pré Neuf

association syndicale du marais de Rohars

association syndicale du marais de la Roche

association syndicale des Prés de Loire Cordemaisiens

syndicat du marais du Lot Arceau

syndicat du marais du Couleuvrou

syndicat du marais du Vair

association fonciaire de la vallée de la Musse

13 écluses ou vannes principales (d’ouest en est) sur le canal de la Taillé, l’étier du Syl, sur le canal du marais de la Roche, 2 sur l’étier du Port, 1 sur l’étier de la Peille, du Couleuvrou, du Haut Bois, de la Giquelais, de Vair, 2 sur l’étier de la Musse et 1 sur l’étier du Dareau

Sud Loire4 Lac de Grand-Lieu

syndicat des Prairies du Tenu, du Migron, et de la Villette

syndicat des marais de Vue

syndicat des prairies de Buzay

syndicat des prairies de la Martinière

d’est en ouest : 2 vannes à Paimbœuf, écluse du Carnet, pont-barrage des Champs Neufs, écluse triple sur l’étier de Vue et des Champs Neufs, 2 vannes sur le canal du Pavillon, pont-barrage du Buzay, et vannage de Bouaye

3Le principal objectif de cet article est d’évaluer, en prenant comme exemple la crue de l’hiver 2000-2001, l’apport de la télédétection spatiale et aérienne pour la géographie de l’inondation des marais de la Basse-Loire. Plus précisément, il propose, pour une hauteur d’eau connue par les relevés de terrain, une cartographie avec la délimitation des zones inondées et l’estimation de leurs surfaces. Il est aussi de souligner également l’intérêt de ce type d’étude pour la prévention des risques d’inondation (Mehl et Hiller, 1992).

Figure 1 : Inondation des marais de la Basse-Loire en février 2001
The Lower Loire wetlands under floods in February 2001

Figure 1 : Inondation des marais de la Basse-Loire en février 2001The Lower Loire wetlands under floods in February 2001

Visualisation de la bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) d’une image du satellite Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU) et géoréférencée en projection Lambert zone II étendue.
À remarquer l’inondation exceptionnelle de la Brière (niveau : 1,43 m NGF Lall.), du lac de Grand-Lieu (niveau : 2,66 m NGF 1969) et de l’Acheneau. Les zones inondées bordant la rive droite de l’estuaire de la Loire sont isolées du chenal de navigation et discontinues en raison des aménagements hydrauliques réalisés depuis le xviiie siècle.
Visualisation of band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) of an image of the Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) acquired on 14th February 2001 at 10.44 a-m. (UTC) and geo-referenced on Lambert extended zone II projection.Note the exceptional flooding of La Brière (level : 1,43 m Ngf Lall.), the Lac de Grand-Lieu (level : 2,66 m Ngf 69) and Acheneau. The flooded areas along the right bank of the Loire estuary are cut off from the navigation channel and discontinuous due to the hydraulic projects carried out since the 18th century.

La crue de l’hiver 2000-2001 : principales caractéristiques hydro-climatiques

De fortes précipitations

  • 5 Rapport de la mission d’expertise sur les crues de décembre 2000 et janvier 2001 en Bretagne, minis (...)

4La pluviométrie de l’hiver 2000-2001 (fig. 2) a engendré une inondation spectaculaire des marais de la Basse-Loire. De novembre 2000 à mars 2001, la Basse-Loire, comme la Bretagne, a été affectée par un événement pluvieux exceptionnellement long, généré par un flux météorologique sud-ouest/nord-est durable5. D’une fréquence supérieure à ce qui a été enregistré depuis 70 ans, il a généré cinq épisodes de pluies d’une durée de 36 à 48 heures. Leurs effets ont été aggravés par la présence de sols déjà gorgés d’eau par les pluies automnales. Des crues importantes, décennales, ont touché successivement le Finistère (en décembre), l’Ille-et-Vilaine et le nord de la Loire-Atlantique (en janvier).

Figure 2 : Variations mensuelles des précipitations entre août 2000 et août 2001 à Saint-Joachim et à Nantes, comparées à la moyenne mensuelle des précipitations pour la période 1976-1999 à Saint-Joachim
Monthly rainfall variations between August 2000 and August 2001 at Saint-Joachim and Nantes compared to monthly average rainfall for 1976-1999 at Saint-Joachim

Figure 2 : Variations mensuelles des précipitations entre août 2000 et août 2001 à Saint-Joachim et à Nantes, comparées à la moyenne mensuelle des précipitations pour la période 1976-1999 à Saint-JoachimMonthly rainfall variations between August 2000 and August 2001 at Saint-Joachim and Nantes compared to monthly average rainfall for 1976-1999 at Saint-Joachim

Sources : Parc naturel régional de Brière validées par Météo France (Saint-Joachim) et Météo France (Nantes).
Source : Parc naturel régional de Brière validated by Météo France (Saint-Joachim) and Météo France (Nantes).

  • 6 À partir de l’analyse des données pluviométriques de la station de la commune de Saint-Joachim.

5Ces abondantes précipitations ont eu une incidence directe sur le régime hydrique des marais de la Basse-Loire. La pluviométrie6 cumulée de l’année 2000 (1 096,6 mm) a été beaucoup plus élevée que la moyenne calculée sur vingt ans (791 mm), particulièrement de septembre 2000 à janvier 2001, puis en mars 2001 : 941,2 mm (contre 486,5 mm de pluie d’octobre à mars, pour la période 1976-1999).

Des niveaux d’eau élevés durant une longue période

6Le Parc naturel régional de Brière dispose de plusieurs limnigraphes, placés sur les principaux canaux des marais du Brivet. Les données analysées correspondent aux niveaux d’eau mesurés à la station de Fédrun (commune de Saint-Joachim) qui est la station de référence des marais de la Grande Brière. À la mi-septembre 2000, le niveau d’eau était encore très bas (0,14 m NGF Lall.), puis sa montée fut rapide jusqu’à atteindre son maximum, 1,50 m NGF, les 29-31 janvier 2001, ce qui représente une amplitude de 1,36 m en quatre mois et demi. Au cours de l’hiver 2000-2001, la cote d’alerte (équivalente, selon la tradition orale, à 1,30 m NGF Lall., soit 2,51 m à l’échelle Brière) a été dépassée durant 61 jours, répartis sur quatre mois de l’année, de début janvier à début avril (47 jours du 4 janvier au 22 février, puis 14 jours du 27 mars au 9 avril). Au lac de Grand-Lieu, le pic de crue sera atteint un peu plus tôt, le 12 janvier 2001, avec une hauteur d’eau de 2,85 m (IGN-NGF 1969). Si l’on compare ces niveaux d’eau avec ceux atteints lors de crues antérieures (Galea, 1991) selon les deux critères, crue hivernale (janvier-mars) et niveau d’eau supérieur ou égal à 1,30 m NGF Lall. (notion de seuil), seulement à deux occasions, en 1988 et 1995, la cote d’alerte a été dépassée, en Brière, mais pour une période plus courte : février-mars (fig. 3).

Figure 3 : Variations décadaires (1er, 10 et 20 du mois) des niveaux d’eau en Grande Brière pour les années de crue 1987, 1988, 1994, 1995, 2000 et 2001, comparées aux valeurs moyennes sur 20 ans (1980-1999)
Ten-day variations (1st 10th and 20th of each month) in water levels in the Grande Brière for the flood years 1987, 1988, 1994, 1995, 2000 and 2001, compared to average values over 20 years (1980-1999)

Figure 3 : Variations décadaires (1er, 10 et 20 du mois) des niveaux d’eau en Grande Brière pour les années de crue 1987, 1988, 1994, 1995, 2000 et 2001, comparées aux valeurs moyennes sur 20 ans (1980-1999)Ten-day variations (1st 10th and 20th of each month) in water levels in the Grande Brière for the flood years 1987, 1988, 1994, 1995, 2000 and 2001, compared to average values over 20 years (1980-1999)

Source : Parc naturel régional de Brière

Matériel et méthodes utilisées

  • 7 Les images Spot ont fait l’objet d’une demande au programme ISIS (incitation à l’utilisation scient (...)

7Le présent travail a bénéficié des images des satellites Landsat et SPOT7 acquises dans le cadre de recherches appliquées sur les inondations en Brière (Geffray et Boulet, 2001) et l’occupation du sol de la vallée de la Loire.

Les images Landsat et Spot

  • 8 Pic de crue à 1,50 m Ngf à Fédrun (Grand Brière) les 29, 30 et 31 janvier 2001 et à 1,60 m Ngf au p (...)
  • 9 La totalité des marais inclus dans les limites du Parc naturel régional de Brière.

8L’acquisition des images de la Brière a répondu à un double impératif, de date8 et de couverture géographique9. En l’absence de programmation, et après consultation des différents catalogues, seules quatre images, en mode optique, correspondaient à ces critères (tableau 2) : une image multispectrale Landsat 7 ETM+ acquise le 14 février 2001, une image SPOT 4 acquise en mode multispectral le 13 février 2001, deux images SPOT 4 acquises le 14 février 2001 simultanément en mode panchromatique et multispectral (tableau 3).

9Les images SPOT 4 acquises(les 13 et 14 février 2002) ayant un mauvais cadrage géographique (partie sud manquante pour la première, partie ouest tronquée pour les deux autres), elles ont été toutes les trois nécessaires pour couvrir l’ensemble des marais du bassin du Brivet. Cependant, elles ont l’avantage d’être les seules images sans couverture nuageuse de tout l’hiver 2000-2001. L’image Landsat 7 ETM+ couvre, à elle seule, toute la Basse-Loire et possède des bandes spectrales infrarouges adaptées à la détermination des surfaces inondées.

10Deux autres images, estivales, des satellites SPOT 4du 22 août 1999 et Landsat 7 ETM+ du 22 juin 2001 (tableau 3) ont servi à affiner l’interprétation des images hivernales et à réaliser une cartographie diachronique intersaisonnière de la géographie de l’inondation.

Tableau 2 : Hauteurs d’eau des marais de la Boulaie, de la Grande et du lac de Grand-Lieu à la date d’acquisition des images Landsat 7 ETM+ et SPOT 4
Water levels in the wetlands of La Boulaie, La Grande and the Lac de Grand-Lieu on the dates the Landsat 7 ETM+ and SPOT 4 images were acquired

Tableau 2 : Hauteurs d’eau des marais de la Boulaie, de la Grande et du lac de Grand-Lieu à la date d’acquisition des images Landsat 7 ETM+ et SPOT 4Water levels in the wetlands of La Boulaie, La Grande and the Lac de Grand-Lieu on the dates the Landsat 7 ETM+ and SPOT 4 images were acquired

Tableau 3 : Caractéristiques des images des satellites SPOT 4 et Landsat 7 ETM+ utilisées
Characteristics of the SPOT 4 and Landsat 7 ETM+ satellite images used

Tableau 3 : Caractéristiques des images des satellites SPOT 4 et Landsat 7 ETM+ utiliséesCharacteristics of the SPOT 4 and Landsat 7 ETM+ satellite images used

Les photographies aériennes verticales et obliques

11Les photographies aériennes verticales en couleur des missions IGN (FD 44-56 de juillet 1999) ont permis d’affiner, lorsque cela s’avérait nécessaire, la cartographie résultant du traitement et de l’interprétation des images satellitaires (fig. 6). Pour des secteurs précis, elles ont été complétées par des photographies aériennes obliques prises en période d’inondation. C’est le cas de celles réalisées en mars 1995, en ULM, pour le Parc naturel régional de Brière (photos 1 et 2) et le 29 janvier 2001 au nord de la Brière (entre La Chapelle-des-Marais et Saint-Malo-de-Guersac) par M. Marquis, photographe à La Chapelle-des-Marais, lors du maximum de la crue.

Photo 1 : Inondation des marais de Brière le 17 mars 1995 (pic de crue 1,39 m NGF Lall le 25 février 1995)
Flooding of the Brière wetlands on 17th March 1995 (flood peak 1.39 m NGF Lall on 25.2.1995)

Photo 1 : Inondation des marais de Brière le 17 mars 1995 (pic de crue 1,39 m NGF Lall le 25 février 1995)Flooding of the Brière wetlands on 17th March 1995 (flood peak 1.39 m NGF Lall on 25.2.1995)

Au premier plan, les îles de Bais (à g.) et de Brécun (à dr.), au second plan, les îles d’Aignac (à g.), de Saint-Joachim et Fédrun (à dr.), à l’arrière plan, la Grande Brière mottière inondée. L’inondation révèle la microtopographie insulaire et les menaces pesant sur l’urbanisation bordière. Photographie aérienne oblique prise en ULM le 25 février 1995, direction sud-ouest (Parc naturel régional de Brière).
In the foreground, the islands of Bais (left) and Brécun (right), in the centre, the islands of Aignac (left), Saint-Joachim and Fédrun (right), in the background, the Grande Brière mottière, covered by flood waters. Flooding reveals the microtopography of the islands and the dangers to housing on their periphery. Oblique aerial photograph taken from an ultralight plane on 25.2.1995, in a south-westerly direction (Parc naturel régional de Brière).

Les traitements des images Landsat et Spot

12Les images ont été traitées à l’aide du logiciel Geomatica de PCI et la cartographie, effectuée avec son module ACE. Leur correction géométrique et leur géoréférencement, en projection Lambert II zone étendue, ont été réalisés selon la méthode polynomiale, en utilisant des points remarquables (ou points de calage) de coordonnées connues (Scan 25 de l’IGN et image SPOT en mode panchromatique du 27 juin 1995 déjà géoréférencée).

Photo 2 : Inondation du sud des marais de Brière le 17 mars 1995 (pic de crue 1,39 m NGF Lall le 25 février 1995)
Flooding of the southern Brière wetlands on 17th March 1995 (flood peak 1.39 m. NGF Lall on 25.2.1995)

Photo 2 : Inondation du sud des marais de Brière le 17 mars 1995 (pic de crue 1,39 m NGF Lall le 25 février 1995)Flooding of the southern Brière wetlands on 17th March 1995 (flood peak 1.39 m. NGF Lall on 25.2.1995)

Au premier plan, hameau de Bert et marais de Fondry (Trignac) ; à l’arrière-plan, au-delà des marais inondés, le centre d’enfouissement des déchets de Cuneix et les îles Petite et Grande Jacquette (à droite). L’inondation révèle la microtopographie et montre les risques encourus par une urbanisation irresponsable. Photographie aérienne oblique prise en ULM le 25 février 1995, direction ouest (Parc naturel régional de Brière).
In the foreground, the hamlet of Bert and the Fondry wetlands (Trignac), in the background, beyond the flooded marshes, the Cuneix rubbish burial site and the islands of Petite and Grande Jacquette (right). The flood waters reveal the microtopography and the threats resulting from irresponsible housing development. Oblique aerial photograph taken from an ultralight plane on 25.2.1995 in a westerly direction (Parc naturel régional de Brière).

  • 10 En effet, l’étude a été menée plusieurs mois après les inondations de l’hiver 2000-2001.

13La fusion a permis de combiner des images panchromatique (noir et blanc) et multispectrale trichromatique (rouge, vert, bleu) et d’obtenir ainsi une image multispectrale à 10 m, d’une précision supérieure lorsque les images ont été acquises simultanément avec le même angle d’incidence. Devant l’impossibilité de faire des échantillonnages sur le terrain10, nous avons réalisé une classification non supervisée des images, postérieurement filtrées afin de les rendre plus lisibles (fonctions SIEVE et « filter mode » du logiciel EASI-PACE).

14La cartographie des inondations, survenues au cours de l’hiver 2000-2001 dans le Parc naturel régional de Brière et les marais adjacents, a été réalisée avec le module ACE. Trois types de données ont été utilisés : carte IGN au 1/25 000 pour des secteurs particuliers d’analyse, photographie aérienne verticale en couleur (n° 1831 de juillet 1999) de l’IGN pour l’étude du secteur de Trignac et image du satellite SPOT 4 de la Brière acquise en période d’étiage le 17 juillet 1999.

Délimitation et estimation des marais inondés :
les limites de la méthode par télédétection

15L’image du satellite Landsat 7 du 14 février 2001 montre l’étendue des inondations ayant affecté la Basse-Loire à une date proche du pic de crue en Brière. Trois secteurs ont été particulièrement touchés : la Brière (fig. 4 et tableau 5), Grand-Lieu (fig. 5 et tableau 5) et les Marais de la rive droite de la Loire entre Savenay et Nantes (fig. 7 et tableau 5).

Figure 4 : Inondation de la Brière en février 2001
Flooding of La Brière in February 2001

Figure 4 : Inondation de la Brière en février 2001Flooding of La Brière in February 2001

Composition colorée : Rouge = bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) ; Vert = bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm) ; Bleu = bande 1 (bleu-vert : 0,45-0,52 µm), d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU).
Traits blancs : limites communales ; points blancs cerclés de noir : écluses et vannes principales.
La surface inondée correspond à environ 16 700 ha (167 km2).
A : marais du Gué, B : marais de l’Harlo, C : marais du Gué neuf, D : étang de Crevy, E : les Étangs.
1 : marais d’Herbignac, 2 : marais de Cuziac-Bergeron et marais de Coulement, 3 : Grande Brière indivise et marais privés périphériques, 4 : marais de la Boulaie, de Québitre au Brivet moyen, 5 : marais du canal du Priory, 6 : marais à l’est du bas Brivet, 7 : marais du canal de la Brousse, 8 : marais du Brivet moyen, entre Pontchâteau et la Mine-Guesne, 9 : marais de Besné, 10 : marais du canal de la Taillée (du Pont de l’Ardivais à l’écluse de la Taillée), 11 : marais du canal de Martigné, : marais du haut Brivet, 13 : marais du Mès, à l’est de Pont d’Arm.
Coloured composition : Red = band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) ; Green = band 4 (close infrared : 0,76-0,90 µm) ; Blue = band 1 (blue-green : 0,45-0,52 µm) of a Landsat 7 ETM+ multispectral image (scene 201-27) acquired on 14th February 2001 at 10.44 a.m. (UT).White dashes : borders of Communes, white dots within black circles : main locks and sluices.The flooded area covers some 16 700 ha (167 km2).A : Marais du Gué, B : Marais de l’Harlo, C : Marais du Gué Neuf, D : the Crevy pond, E : the ponds1 : Marais d’Herbignac, 2 : Marais de Cuziac-Bergeron and Marais de Coulement, 3 : Grande Brière indivise and the surrounding private wetlands, 4 : Marais de la Boulaie, from Québitre to the central Brivet, 5 : wetlands of the Priory Canal, 6 : wetlands to the East of the Lower Brivet, 7 : wetlands of the Brousse canal, 8 : the wetlands of the central Brivet, between Pontchâteau and La Mine-Guesne, 9 : Marais de Besné, 10 : wetlands of the Canal de la Taillée (from Pont de l’Ardivais to the La Taillée lock), 11 : Canal de Martigné wetlands, 12 : Marais du haut Brivet, 13 : Marais du Mès, east of Pont d’Arm.

16La superficie inondée de marais briérons est évaluée à environ 16 700 hectares (tableau 5), pour une hauteur d’eau de 1,43 m NGF (à Fédrun). L’inondation met en évidence la microtopographie : seuls les villages traditionnels, construits sur les îles (Fédrun, Saint-Joachim, Camerun, etc.), restent hors d’eau.

Tableau 4 : Superficies des zones inondées après traitement et analyse des images des satellites SPOT 4 (du 13 et 14 février 2001) et Landsat 7 ETM+ (du 14-02-2001) (voir localisation en figure 4)
Surface area of flooded zones after treatment and analysis of the satellite images, SPOT 4 (13 and 14.02.2001) and Landsat 7 ETM+ (14.02.2001) (Location : figure 4)

Tableau 4 : Superficies des zones inondées après traitement et analyse des images des satellites SPOT 4 (du 13 et 14 février 2001) et Landsat 7 ETM+ (du 14-02-2001) (voir localisation en figure 4)Surface area of flooded zones after treatment and analysis of the satellite images, SPOT 4 (13 and 14.02.2001) and Landsat 7 ETM+ (14.02.2001) (Location : figure 4)

Tableau 5 : Estimation des superficies des zones inondées, à partir de l’image du satellite Landsat 7 ETM+ acquise le 14 février 2001
Estimates of the surface area of flooded zones, using the Landsat 7 ETM+ satellite image (acquired 14.02.2001)

Tableau 5 : Estimation des superficies des zones inondées, à partir de l’image du satellite Landsat 7 ETM+ acquise le 14 février 2001Estimates of the surface area of flooded zones, using the Landsat 7 ETM+ satellite image (acquired 14.02.2001)

17Cependant, pour une hauteur d’eau de 1,43-1,44 m NGF Lall (à Fédrun), certains marais, dits hauts, étaient déjà ressuyés. Des différences d’altitude, dues à la topographie en « marches d’escalier » du bassin du Brivet (Anonyme, 1986 ; Maillard, 1985), expliquent ce phénomène. Le plus bas niveau d’étiage atteint est celui de la Grande Brière, avec 0,5 m NGF Lall. Même si la cartographie ne tient pas compte de ces variations altimétriques, elle permet de bien délimiter les marais hauts comme celui du canal de la Taillé (de Vieux-Pont à l’écluse de la Taillée). À l’exception de la Grande Brière, des différences importantes d’extension spatiale existent entre les calculs effectués au sein du SIG du Parc naturel régional de Brière et ceux estimés par la télédétection spatiale (tableau 6).

18Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer de telles différences. Dans le cas de marais déversoirs, les zones bordant les rives de cours d’eau d’ordre inférieur (c’est-à-dire ceux situés en amont des bassins) sont marquées par des débordements brutaux et fréquents, mais de durée assez courte, à cause de l’étroitesse de leurs vallées, des fortes pentes et des faibles capacités de stockage des dépôts d’alluvions (Fustec et Lefeuvre, 2000). Les eaux ne font qu’y transiter, mais, lors des très fortes précipitations journalières, comme celles survenues le 4 janvier 2001 (288 mm à la station de l’île de Fédrun), elles peuvent s’y accumuler momentanément et provoquer une inondation, qui disparaîtra ensuite presque entièrement dans un délai de 24 ou 48 heures.

Tableau 6 : Comparaison de la superficie des marais mesurée par le SIG du Parc naturel régional de Brière et celles inondées, calculées par télédétection spatiale (images de SPOT 4 et Landsat 7 ETM+ des 13 et 14 janvier 2001) (Localisation : figure 4)
Comparison of the surface area of the wetlands measured by the GIS of the Parc naturel régional de Brière and the flooded areas, calculated using remote sensing (satellite images : SPOT 4 and Landsat 7 ETM+ of 13th and 14th January 2001) (Location : figure 4)

  • 11 La vectorisation (à l’échelle du 1/50 000) de la zone alluviale a pris comme référence la courbe de (...)

zone géographique

marais selon le PNR de Brière11

(surfaces en ha)

surfaces inondées

(en ha)

par télédétection

écart (en %)

marais d’Herbignac

marais à l’est du bas Brivet

marais du haut Brivet

Grande Brière indivise et marais privés

696

456

1003

9465

270

152

455

8933

- 61,2

- 66,7

-54,6

-5,6

total

11620

9810

-15,6

19Dans le bassin du Brivet, plusieurs secteurs peuvent ainsi être considérés comme des marais déversoirs (fig. 4), ceux de la partie orientale de celui de l’Harlo (Missillac), de l’étang de Crevy (Sainte-Reine-de-Bretagne) ou encore celui des Étangs (Lieu-dit de la Poterie à Crossac). Il est certain que d’autres, de taille variable, existent, en particulier le long des cours d’eau situés en amont de la Grande Brière ou, au sud de l’estuaire de la Loire, autour du lac de Grand-Lieu. Si l’imagerie satellitaire ne les met guère en évidence, leur rôle n’en est pas moins fondamental pour l’hydrologie et l’écologie des marais.

20Une des principales difficultés rencontrées pour délimiter par télédétection les surfaces inondées des marais est due à la présence de la végétation palustre (grands hélophytes et saules) qui recouvre leurs sols, notamment pour les marais en cours de comblement comme la Brière et Grand-Lieu (Geffray, 2001). Ce problème a été résolu dans la plupart des cas sauf dans celui de marais très fermés où la végétation est extrêmement dense, ce qui rend difficile la détection de l’eau par les bandes infrarouges des satellites SPOT 4 et Landsat 7 ETM+, dotés d’une résolution spatiale insuffisante pour analyser ce type de milieu (ex. secteur situé entre Herbignac et la butte de Guelan). Le même problème se pose pour la végétation ripariante dense. Il en résulte une sous-évaluation de la superficie inondée de ces secteurs marécageux. Néanmoins, le fait de ne pas pouvoir les détecter apporte une information intéressante révélant le fort degré de fermeture du milieu et donc, une phase avancée de colmatage alluvial. Il faudrait pouvoir réaliser, à l’aide d’un spectroradiomètre, des séries de mesures in situ afin d’obtenir les réponses spectrales des parcelles étudiées (échantillonnages) lorsqu’elles sont encore inondées (Robin, 1992).

21Une autre difficulté existe lorsque l’urbanisation est dense. À Pontchâteau, l’inondation de la partie basse du centre urbain (fig. 4), visible sur les images satellitaires, est sans doute légèrement surévaluée du fait de la discrimination peu aisée entre les zones urbaines et inondées. Des contrôles sur le terrain s’avèrent alors indispensables pour éliminer les doutes et délimiter avec précision la zone inondée.

22Enfin, il faut tenir compte des perturbations engendrées sur l’inondation par les aménagements hydrauliques et les autres actions anthropiques, à l’origine du comportement différentiel des eaux, comme, par exemple, un assèchement précoce après les pluies. Dans le marais de Brivé (haut Brivet), les multiples aménagements compliquent la cartographie et la rendent imprécise ; comme on peut le constater pour la zone alluviale vectorisée du SIG du Parc naturel régional de Brière.

23La télédétection se révèle donc parfois insuffisante pour délimiter les zones inondées avec précision. Dans le cas des marais du bassin du Brivet, les causes en sont dues à une connaissance déficiente des marais déversoirs (du Gué, du Gué Neuf, de l’Harlo), à l’absence d’une altimétrie centimétrique des marais, à la densité de la végétation ou au fort degré d’anthropisation.

Figure 5 : Inondation du lac de Grand-Lieu et de l’Acheneau en février 2001
Flooding of the Lac de Grand-Lieu and the Acheneau in February 2001

Figure 5 : Inondation du lac de Grand-Lieu et de l’Acheneau en février 2001Flooding of the Lac de Grand-Lieu and the Acheneau in February 2001

Composition colorée : Rouge = bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) ; Vert = bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm) ; Bleu = bande 1 (bleu-vert : 0,45-0,52 µm) d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU).
Traits blancs : limites communales ; points blancs cerclés de noir : écluses et vannes principales.
La surface inondée du lac de Grand-Lieu correspond à environ 6 000 ha (60 km2).
Coloured composition : Red = band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) ; Green = band 4 (near infrared : 0,76-0,90 µm) ; Blue = band 1 (blue-green : 0,45-0,52 µm) of a Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) multispectral image acquired on 14th February 2001 at 10 h 44 min (UT).White dashes : borders of the communes ; white dots within black circles : main locks and sluices.The flooded area of the Lac de Grand-Lieu covers some 6 000 ha (60 km2).

Urbanisation et inondation : exemple de la commune de Trignac

24La liste des communes sinistrées lors de l’inondation de l’hiver 2000-2001 (tableau 7) montre que la plupart d’entre elles appartenaient au Parc naturel régional de Brière. La commune de Trignac est à cet égard un exemple pertinent de l’aggravation du risque d’inondation suite à la croissance mal maîtrisée de l’urbanisation en zone inondable (fig. 6).

Tableau 7 : Arrêtés de catastrophes naturelles pour les communes du Parc naturel régional de Brière pris dans l’hiver 2000-2001
Official recognition of the Communes of the Parc naturel régional de Brière as natural disaster areas in the winter of 2000-2001

Tableau 7 : Arrêtés de catastrophes naturelles pour les communes du Parc naturel régional de Brière pris dans l’hiver 2000-2001 Official recognition of the Communes of the Parc naturel régional de Brière as natural disaster areas in the winter of 2000-2001

(source :[http://www.prim.net/​professionnel/​procedures_regl/​export/​reg_C4_PAYS.txt])

25La disposition d’une photographie aérienne verticale (juillet 1999) de la partie nord de la commune de Trignac (le Camp d’Aine-Bel-Air) et de la liste des maisons (43 déclarations de sinistre) ayant subi les effets de l’inondation pendant l’hiver 2000-2001 ont permis de réaliser une étude détaillée (tableau 8). Sur un total de 43 maisons inondées, 32 ont fait l’objet d’un relèvement au GPS afin d’en connaître les coordonnées exactes (erreur de précision = environ 8 m), par conversion dans le système de coordonnées Lambert II conique conforme.

Tableau 8 : Maisons sinistrées, relevées par GPS, situées à l’intérieur du périmètre d’inondation extrait des images multispectrales des satellites SPOT 4 du 14 février 2001 et Landsat 7 ETM+ du 14 février 2001
Damaged houses located by GPS within the perimeter of the flooded area taken from multispectral satellite images (SPOT 4 on 14.02.01 and Landsat 7 ETM+ on 14.02.01)

  • 12  L’erreur cumulée est la somme de la résolution de l’image, de l’erreur initiale sur les relevés au (...)

carte réalisée à partir données satellitaires

résolution de l’image (m)

erreur cumulée (m)12

maisons inondées hors du périmètre d’inondation

maisons inondées incluses dans le périmètre d’inondation

nombre total de maisons prises en compte

12,0604 x 12,0604

20

3

29

32

26Trois maisons sont nettement en dehors du périmètre d’inondation. Il est vraisemblable que ces trois habitations ont été inondées lors du pic de crue (1,50 m NGF Lall.), ce qui implique que les marais hauts, tels que celui à l’est du bas Brivet ou encore celui du canal de la Taillé (de Vieux-Pont à l’écluse de la Taillée) n’étaient pas inondés aux dates d’acquisition des images satellitaires, même si la meilleure résolution des images du satellite SPOT 4 permet de détecter certaines zones inondées résiduelles, sans doute liées à des microdépressions.

27À de rares exceptions près, les maisons sinistrées sont situées dans le périmètre d’inondation (fig. 6). Cette constatation ne tient pas compte de la marge d’erreur acceptable (20 et 25 m) et des maisons sinistrées pour lesquelles, l’adresse étant incomplète (absence de numéro de rue), il n’a pu être effectué un relevé au GPS.

28Ainsi, les maisons sinistrées sont presque toutes (29 sur 32) localisées en zone inondable, ce qu’une connaissance préalable de la géographie de l’inondation aurait pu éviter. On est en droit de se poser la question de la pertinence des permis de construire qui ont été délivrés pour les édifier. En Brière, le cas de Trignac n’est malheureusement pas isolé. À Saint-Joachim, des maisons et le complexe sportif, construit sur la route menant à l’île de Brécun, ont été également inondés.

Figure 6 : Inondation de la partie nord de la commune de Trignac en février 2001
Floods in the northern part of the Commune of Trignac in February 2001

Figure 6 : Inondation de la partie nord de la commune de Trignac en février 2001Floods in the northern part of the Commune of Trignac in February 2001

La classification non supervisée : bande 4 (infrarouge moyen : 1,58-1,75 µm), bande panchromatique (visible : 061-0,68 µm), indice normalisé de végétation (bande 4 – bande 2/bande 4 + bande 2) d’une image du satellite SPOT 4 (scène 32-254) acquise en mode multispectral le 14 février 2001 à 11 h 9 min 4 s (TU), et fusionnée avec la bande panchromatique (résolution spatiale = 10 x 10 m) d’une image SPOT 4 acquise à la même date, a été combinée avec une photographie aérienne verticale (n° 1831) de l’IGN de juillet 1999.
Étoiles blanches : 32 habitations inondées localisées in situ à l’aide d’un GPS ; hachuré blanc : secteurs inondés ; blanc : masque de la partie externe à la commune de Trignac.
Géoréférencement en projection Lambert zone II étendue.
The unsupervised classification : band 4 (medium infrared : 1,58-1,75 µm), panchromatic band (visible : 061-0,68 µm), normalised vegetation index (band 4 – band 2/band 4 + band 2) of a SPOT 4 (scene 32-254) satellite image acquired in multispectral mode on 14th February 2001 at 11 h 9 min 4 s (UT), and fused with the panchromatic band (spatial resolution = 10 x 10 m) of a SPOT 4 image acquired on the same day, was combined with an IGN vertical aerial photograph (n° 1831) of July 1999.White stars : 32 flooded houses located in situ using a GPS ; white hachures : flooded areas ; white : masking of the outer part of the Commune of Trignac.Georeferencing : Lambert projection, extended zone II.

Une extension de l’inondation permanente en période d’étiage : les étangs de chasse

29Une étude diachronique, interannuelle et intersaisonnière, par télédétection montre une extension de l’inondation permanente des marais de la Basse-Loire en période d’étiage. Cette évolution, qui modifie la géographie de l’inondation, résulte en grande partie de la multiplication des étangs de chasse.

30Les marais estuariens et leurs bordures situés entre les agglomérations de Nantes et de Saint-Nazaire ont récemment connu un mitage de leurs paysages. Les causes en sont la déprise agricole, la croissance de l’urbanisation, mais aussi l’appropriation des friches par les chasseurs pour y creuser des étangs (trous de chasse), surtout localisés dans les marais du sud de l’estuaire et, notamment, le secteur des îles (Massereau). Les étangs, utilisés comme reposoirs pour le gibier d’eau, servent pour la chasse à la passée. Une centaine d’hectares de marais ont ainsi été rachetés par le Syndicat intercommunal de chasse au gibier d’eau de la Basse-Loire « pour les soustraire à l’abandon faute d’entretien par l’homme ». En moins de vingt ans, le nombre des trous de chasse est passé de 20 à plus de 200 (fig. 7), ce qui a été à l’origine de conflits entre chasseurs et agriculteurs pour la gestion des niveaux d’eau. Ce phénomène a été freiné ces dernières années par la mise en œuvre de mesures agri-environnementales et le développement de nouveaux modes d’exploitation des prairies (élevage extensif de qualité, bio, etc.).

Figure 7 : Inondation des marais entre Couëron et Savenay, sur la rive droite de l’estuaire de la Loire en février 2001
Flooded wetlands between Couëron and Savenay, on the right bank of the Loire estuary in February 2001

Figure 7 : Inondation des marais entre Couëron et Savenay, sur la rive droite de l’estuaire de la Loire en février 2001Flooded wetlands between Couëron and Savenay, on the right bank of the Loire estuary in February 2001

Composition colorée : Rouge = bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) ; Vert = bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm) ; Bleu = bande 1 (bleu-vert : 0,45-0,52 µm) d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU)
Traits blancs : limites communales ; points blancs cerclés de noir : écluses et vannes principales ; carrés blancs : étangs de chasse
Coloured composition : Red = band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) ; Green = band 4 (close infrared : 0,76-0,90 µm) ; Blue = band 1 (blue-green : 0,45-0,52 µm) of a Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) multispectral image acquired on 14th February 2001 at 10 h 44 min (UT)White dashes : borders of Communes ; white dots within black circles : main locks and sluices ; white squares : shooting ponds

31La cartographie des trous de chasse s’est heurtée à trois difficultés : leur petite superficie (< 1 ha), qui correspond à quelques pixels d’une image SPOT ou Landsat ; leur confusion avec les mares, naturelles ou artificielles, et d’autres types de plans d’eau ; leur interdiction d’accès (chasse gardée, clôtures). Cependant, quelques indicateurs, comme la proximité d’une voie de communication ou leur forme irrégulière permettent de les repérer.

Conclusion

32La cartographie des zones inondées des marais de la Basse-Loire lors de la crue de l’hiver 2000-2001 a été grandement facilitée par l’utilisation de la télédétection spatiale, qui a permis, grâce à sa vision synoptique et aux bandes spectrales infrarouges des capteurs HRV de SPOT 4 et ETM+ de Landsat 7, de bien les délimiter et d’en calculer les surfaces. Les quelques difficultés rencontrées, dues aux limitations de la méthode, peuvent être palliées par emploi de photographies aériennes, verticales et obliques, des mesures altimétriques de précision centimétrique et des contrôles sur le terrain (Boujot et al., 1998). La corrélation entre les niveaux d’eau relevés pendant la crue (Brière et lac de Grand-Lieu) et le moment précis d’acquisition des images satellitaires rend possible la confection de cartes d’extension de l’inondation pour une cote donnée (fig. 8). Le traitement de séries d’images satellitaires (optiques ou radars, en cas de couverture nuageuse constante), acquises en fonction de hauteurs d’eau différentes, permettraient de dresser une hypsométrie multitemporelle de l’inondation. Le cas de la commune de Trignac a démontré l’intérêt de disposer de ce type de documents pour prévenir les risques liés à l’urbanisation en zone inondable. Enfin, dans les variations saisonnières et interannuelles des surfaces en eau, il faut tenir compte de l’extension de l’inondation permanente due au creusement de nombreux étangs de chasse.

Figure 8 : Carte synthétique des inondations de la Basse-Loire le 14 février 2001
Map of floods in the Lower Loire on 14th February 2001

Figure 8 : Carte synthétique des inondations de la Basse-Loire le 14 février 2001Map of floods in the Lower Loire on 14th February 2001

Vecteur obtenu à partir de la bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm), après seuillage (S = 34) et filtrage, d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU) et géoréférencée en projection Lambert zone II étendue. (Cote Brière : 1,43 m NGF Lall ; cote Grand-Lieu : 2,66 m NGF 1969. Noir : surfaces inondées ; gris : zones marine et estuarienne ; hachures : villes principales.)
The vector was obtained from band 4 (close infrared : 0,76-0,90 µm), after thresholding (T = 34) and filtering a Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) multispectral image acquired on 14th February 2001 at 10 h 44 min (UT) georeferenced in Lambert, extended zone II projection. (Brière level : 1,43 m NGF Lall ; Grand-Lieu level : 2,66 m NGF 1969. Black : flooded areas ; grey : marine and estuarine areas ; hachures : main towns.)

33  

Haut de page

Bibliographie

Aberlach Mandy (M.-A.), 2001. – « Espace rural et aménagement des marais de Donges du Moyen Âge au xviiie siècle », Aestuaria, Sciences humaines et environnement, n° 2, p. 13-39.

Anonyme, 1986. Étude d’impact de l’aménagement des marais du bassin du Brivet, rapport de synthèse, Union des syndicats des marais du bassin du Brivet, Parc naturel régional de Brière, 56 p.

Anonyme, 1996. – Zones humides, rapports de synthèse de l’APEEL (Association pour la protection de l’environnement de l’estuaire de la Loire), 1984-1994, 4, 68 p.

Boujot (C.), Cassen (S.), Ménanteau (L.), Thomas (Y.-F.), 1998. – « Tertres funéraires néolithiques de la Brière (Loire-Atlantique) : télédétection aérienne et satellitaire », Les Nouvelles de l’Archéologie, Errance, 74, p. 14-21.

Boulet (A.), 1998. – Aperçu de l’état d’exploitation et d’inondation des principaux marais privés bordant la Grande Brière, rapport, Parc naturel régional de Brière, 18 p.

Chardonnet (J.), 1992a. – « L’aménagement de la Loire et de ses affluents », Géographie et Recherche, n° 83, p. 3-83.

Chardonnet (J.), 1992b. – « L’aménagement de la Loire et de ses affluents. Les politiques d’aménagement : perspectives actuelles », Géographie et Recherche, n° 84, p. 3-124.

Cheize (J.), 1998. – L’analyse des turbidités dans l’estuaire de la Loire, mémoire de Maîtrise, Université de Nantes, 117 p.

Fattal (P.), 2000. – « L’émergence de la notion d’environnement dans l’estuaire de la Loire », Nantes, Édition du comité des travaux historiques et scientifiques, 124e Côtes et estuaires, milieux naturels, p. 275-285.

Fustec (E.), Lefeuvre (J.-C.) (dir.), 2000. – Fonctions et valeurs de zones humides, Paris, Dunod, 426 p.

Galea (G.), 1991. – Lac de Grand-Lieu (Loire-Atlantique). Modélisation des apports et crues rares. Bilan hydrologique, hypothèse de gestion et défaillance, Lyon,CEMAGREF, 61 p.

Geffray (O.), 2001. Méthodologie pour une exploitation des images des satellites SPOT : application à la Brière et aux zones humides adjacentes, rapport, Parc naturel régional de Brière et laboratoire Géolittomer-Nantes LETG-UMR 6554 CNRS,79 p.

Geffray (O.) et Boulet (A.), 2001. – Application de la télédétection spatiale, Pour une contribution à l’étude des inondations survenues lors de l’hiver 2000-2001 dans les marais des bassins du Brivet et du Mès, rapport, Parc naturel régional de Brière et laboratoire Géolittomer-Nantes LETG-UMR6554CNRS, 53 p.

Gras (J.), 1984. – « La maîtrise de l’eau dans les prés-marais de l’estuaire : étude comparée », Nantes, Cahiers nantais, n° 23, p. 1-139.

Le Marec (Y.), 2002. – « Le marais Audubon à Couëron. Des grands travaux d’aménagement dans l’estuaire de la Loire à la notion de patrimoine (xixe-xxe siècles) », Aestuaria, Sciences humaines et environnement, n° 2, p. 167-186.

Maillard (Y.-P.), 1985. – Carte des compartiments hydrauliques de la zone des marais, situation en période de basses eaux, Parc naturel régional de Brière, n.p.

Marion (L.), Marion (P.), 1975. Contribution à l’étude écologique du lac de Grand-Lieu, Nantes, Société des sciences naturelles de l’ouest de la France, 611 p.

Marion (L.), Constant (L.), Gurliat (P.), le Bail (J.), Leray (G.) et Recorbet (B.), 1991. – Projet d’application de la directive Oiseaux de la CEE à l’estuaire de la Loire, rapport du groupe de travail APEEL – DRAE ministère de l’Environnement, 59 p.

Marion (L.), 1996. – « Présentation de la directive oiseaux 79/409 de la CEE et son application à l’estuaire de la Loire », dans Estuaire de la Loire, rapports de synthèse de l’APEEL 1984-1994, 4, p. 46-68.

Mehl (H.), Hiller (K.), 1992. – « Application of multitemporal Landsat-MSS and -TM data for the development of an inundation-risk-map », dans Remote Sensing for Environmental Monitoring and Resource Management, ESA, Environment Observation and Climate Modelling Through International Space Projects, 2, p. 591-594.

Ottman (F.), 1981. – « Conséquences des aménagements sur le milieu estuarien », dans L’écologie et l’aménagement de la Loire, rapport, Fédération régionale des associations de protection de l’environnement du centre, ministère de l’Environnement – mission des études et recherches, p. 371-400.

Robin (M.), 1992. – « Télédétection des inondations : l’exemple du marais des Monts (Vendée) », Poitiers, Norois, n° 155, p. 317-335.

Vauthier-Vézier (A.), 2001. – « Le canal maritime de la Basse-Loire et les marais de la rive gauche au xixe siècle », Aestuaria, Marais et zones humides, n° 1, p. 73-88.

Haut de page

Notes

1 Voir pages web : [http://natura2000.environnement.gouv.fr/sites/FR5200621.html] et [http://www.loire-atlantique.fr/chambagri/natura.htm].

2 Le SMAHBB fait suite à l’union des syndicats de marais (créée en 1960) qui regroupait la commission syndicale de Grande Brière Mottière (fondée vers 1836/1838), le syndicat des marais de Donges (fondé vers 1836/1838 et dissout en 2001) et le syndicat des marais du haut Brivet (fondé en 1950 et dissout en 1990/1991).

3 Ces dix syndicats de marais datent du xixe siècle (créés entre 1807 à 1965) ; ils s’étendent des communes de Couëron à Lavau-sur-Loire (Anonyme, 1996).

4 Ces quatre syndicats font partie de l’Union des Marais du Sud Loire, créée en 1957 et qui regroupe onze syndicats de marais. Ils sont situés dans un triangle : Frossay, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu et Beauvoir-sur-Mer (Anonyme, 1996).

5 Rapport de la mission d’expertise sur les crues de décembre 2000 et janvier 2001 en Bretagne, ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, service de l’inspection générale de l’environnement.

6 À partir de l’analyse des données pluviométriques de la station de la commune de Saint-Joachim.

7 Les images Spot ont fait l’objet d’une demande au programme ISIS (incitation à l’utilisation scientifique des images Spot) du CNES (Centre national d’études spatiales).

8 Pic de crue à 1,50 m Ngf à Fédrun (Grand Brière) les 29, 30 et 31 janvier 2001 et à 1,60 m Ngf au pont de l’île Olivaud (marais de la Boulaie) le 30 janvier 2001.

9 La totalité des marais inclus dans les limites du Parc naturel régional de Brière.

10 En effet, l’étude a été menée plusieurs mois après les inondations de l’hiver 2000-2001.

11 La vectorisation (à l’échelle du 1/50 000) de la zone alluviale a pris comme référence la courbe de niveau 2,5 m NGF Lall définie par Maillard et al., modifiée par les scientifiques du Parc naturel régional de Brière après des études de terrain.

12  L’erreur cumulée est la somme de la résolution de l’image, de l’erreur initiale sur les relevés au GPS (3 m) et de celle, de 2 à 5 m, produite lors de la conversion WGS84-NTF.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Inondation des marais de la Basse-Loire en février 2001The Lower Loire wetlands under floods in February 2001
Légende Visualisation de la bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) d’une image du satellite Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU) et géoréférencée en projection Lambert zone II étendue.À remarquer l’inondation exceptionnelle de la Brière (niveau : 1,43 m NGF Lall.), du lac de Grand-Lieu (niveau : 2,66 m NGF 1969) et de l’Acheneau. Les zones inondées bordant la rive droite de l’estuaire de la Loire sont isolées du chenal de navigation et discontinues en raison des aménagements hydrauliques réalisés depuis le xviiie siècle.Visualisation of band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) of an image of the Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) acquired on 14th February 2001 at 10.44 a-m. (UTC) and geo-referenced on Lambert extended zone II projection.Note the exceptional flooding of La Brière (level : 1,43 m Ngf Lall.), the Lac de Grand-Lieu (level : 2,66 m Ngf 69) and Acheneau. The flooded areas along the right bank of the Loire estuary are cut off from the navigation channel and discontinuous due to the hydraulic projects carried out since the 18th century.
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2 : Variations mensuelles des précipitations entre août 2000 et août 2001 à Saint-Joachim et à Nantes, comparées à la moyenne mensuelle des précipitations pour la période 1976-1999 à Saint-JoachimMonthly rainfall variations between August 2000 and August 2001 at Saint-Joachim and Nantes compared to monthly average rainfall for 1976-1999 at Saint-Joachim
Crédits Sources : Parc naturel régional de Brière validées par Météo France (Saint-Joachim) et Météo France (Nantes).Source : Parc naturel régional de Brière validated by Météo France (Saint-Joachim) and Météo France (Nantes).
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 3 : Variations décadaires (1er, 10 et 20 du mois) des niveaux d’eau en Grande Brière pour les années de crue 1987, 1988, 1994, 1995, 2000 et 2001, comparées aux valeurs moyennes sur 20 ans (1980-1999)Ten-day variations (1st 10th and 20th of each month) in water levels in the Grande Brière for the flood years 1987, 1988, 1994, 1995, 2000 and 2001, compared to average values over 20 years (1980-1999)
Crédits Source : Parc naturel régional de Brière
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 2 : Hauteurs d’eau des marais de la Boulaie, de la Grande et du lac de Grand-Lieu à la date d’acquisition des images Landsat 7 ETM+ et SPOT 4Water levels in the wetlands of La Boulaie, La Grande and the Lac de Grand-Lieu on the dates the Landsat 7 ETM+ and SPOT 4 images were acquired
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 3 : Caractéristiques des images des satellites SPOT 4 et Landsat 7 ETM+ utiliséesCharacteristics of the SPOT 4 and Landsat 7 ETM+ satellite images used
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-5.png
Fichier image/png, 55k
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-6.png
Fichier image/png, 14k
Titre Photo 1 : Inondation des marais de Brière le 17 mars 1995 (pic de crue 1,39 m NGF Lall le 25 février 1995)Flooding of the Brière wetlands on 17th March 1995 (flood peak 1.39 m NGF Lall on 25.2.1995)
Légende Au premier plan, les îles de Bais (à g.) et de Brécun (à dr.), au second plan, les îles d’Aignac (à g.), de Saint-Joachim et Fédrun (à dr.), à l’arrière plan, la Grande Brière mottière inondée. L’inondation révèle la microtopographie insulaire et les menaces pesant sur l’urbanisation bordière. Photographie aérienne oblique prise en ULM le 25 février 1995, direction sud-ouest (Parc naturel régional de Brière). In the foreground, the islands of Bais (left) and Brécun (right), in the centre, the islands of Aignac (left), Saint-Joachim and Fédrun (right), in the background, the Grande Brière mottière, covered by flood waters. Flooding reveals the microtopography of the islands and the dangers to housing on their periphery. Oblique aerial photograph taken from an ultralight plane on 25.2.1995, in a south-westerly direction (Parc naturel régional de Brière).
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 2 : Inondation du sud des marais de Brière le 17 mars 1995 (pic de crue 1,39 m NGF Lall le 25 février 1995)Flooding of the southern Brière wetlands on 17th March 1995 (flood peak 1.39 m. NGF Lall on 25.2.1995)
Légende Au premier plan, hameau de Bert et marais de Fondry (Trignac) ; à l’arrière-plan, au-delà des marais inondés, le centre d’enfouissement des déchets de Cuneix et les îles Petite et Grande Jacquette (à droite). L’inondation révèle la microtopographie et montre les risques encourus par une urbanisation irresponsable. Photographie aérienne oblique prise en ULM le 25 février 1995, direction ouest (Parc naturel régional de Brière).In the foreground, the hamlet of Bert and the Fondry wetlands (Trignac), in the background, beyond the flooded marshes, the Cuneix rubbish burial site and the islands of Petite and Grande Jacquette (right). The flood waters reveal the microtopography and the threats resulting from irresponsible housing development. Oblique aerial photograph taken from an ultralight plane on 25.2.1995 in a westerly direction (Parc naturel régional de Brière).
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 4 : Inondation de la Brière en février 2001Flooding of La Brière in February 2001
Légende Composition colorée : Rouge = bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) ; Vert = bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm) ; Bleu = bande 1 (bleu-vert : 0,45-0,52 µm), d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU).Traits blancs : limites communales ; points blancs cerclés de noir : écluses et vannes principales.La surface inondée correspond à environ 16 700 ha (167 km2).A : marais du Gué, B : marais de l’Harlo, C : marais du Gué neuf, D : étang de Crevy, E : les Étangs.1 : marais d’Herbignac, 2 : marais de Cuziac-Bergeron et marais de Coulement, 3 : Grande Brière indivise et marais privés périphériques, 4 : marais de la Boulaie, de Québitre au Brivet moyen, 5 : marais du canal du Priory, 6 : marais à l’est du bas Brivet, 7 : marais du canal de la Brousse, 8 : marais du Brivet moyen, entre Pontchâteau et la Mine-Guesne, 9 : marais de Besné, 10 : marais du canal de la Taillée (du Pont de l’Ardivais à l’écluse de la Taillée), 11 : marais du canal de Martigné, : marais du haut Brivet, 13 : marais du Mès, à l’est de Pont d’Arm.Coloured composition : Red = band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) ; Green = band 4 (close infrared : 0,76-0,90 µm) ; Blue = band 1 (blue-green : 0,45-0,52 µm) of a Landsat 7 ETM+ multispectral image (scene 201-27) acquired on 14th February 2001 at 10.44 a.m. (UT).White dashes : borders of Communes, white dots within black circles : main locks and sluices.The flooded area covers some 16 700 ha (167 km2).A : Marais du Gué, B : Marais de l’Harlo, C : Marais du Gué Neuf, D : the Crevy pond, E : the ponds1 : Marais d’Herbignac, 2 : Marais de Cuziac-Bergeron and Marais de Coulement, 3 : Grande Brière indivise and the surrounding private wetlands, 4 : Marais de la Boulaie, from Québitre to the central Brivet, 5 : wetlands of the Priory Canal, 6 : wetlands to the East of the Lower Brivet, 7 : wetlands of the Brousse canal, 8 : the wetlands of the central Brivet, between Pontchâteau and La Mine-Guesne, 9 : Marais de Besné, 10 : wetlands of the Canal de la Taillée (from Pont de l’Ardivais to the La Taillée lock), 11 : Canal de Martigné wetlands, 12 : Marais du haut Brivet, 13 : Marais du Mès, east of Pont d’Arm.
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 4 : Superficies des zones inondées après traitement et analyse des images des satellites SPOT 4 (du 13 et 14 février 2001) et Landsat 7 ETM+ (du 14-02-2001) (voir localisation en figure 4)Surface area of flooded zones after treatment and analysis of the satellite images, SPOT 4 (13 and 14.02.2001) and Landsat 7 ETM+ (14.02.2001) (Location : figure 4)
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-10.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 5 : Estimation des superficies des zones inondées, à partir de l’image du satellite Landsat 7 ETM+ acquise le 14 février 2001Estimates of the surface area of flooded zones, using the Landsat 7 ETM+ satellite image (acquired 14.02.2001)
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-11.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Figure 5 : Inondation du lac de Grand-Lieu et de l’Acheneau en février 2001Flooding of the Lac de Grand-Lieu and the Acheneau in February 2001
Légende Composition colorée : Rouge = bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) ; Vert = bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm) ; Bleu = bande 1 (bleu-vert : 0,45-0,52 µm) d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU).Traits blancs : limites communales ; points blancs cerclés de noir : écluses et vannes principales.La surface inondée du lac de Grand-Lieu correspond à environ 6 000 ha (60 km2).Coloured composition : Red = band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) ; Green = band 4 (near infrared : 0,76-0,90 µm) ; Blue = band 1 (blue-green : 0,45-0,52 µm) of a Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) multispectral image acquired on 14th February 2001 at 10 h 44 min (UT).White dashes : borders of the communes ; white dots within black circles : main locks and sluices.The flooded area of the Lac de Grand-Lieu covers some 6 000 ha (60 km2).
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 7 : Arrêtés de catastrophes naturelles pour les communes du Parc naturel régional de Brière pris dans l’hiver 2000-2001 Official recognition of the Communes of the Parc naturel régional de Brière as natural disaster areas in the winter of 2000-2001
Crédits (source :[http://www.prim.net/​professionnel/​procedures_regl/​export/​reg_C4_PAYS.txt])
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-13.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 6 : Inondation de la partie nord de la commune de Trignac en février 2001Floods in the northern part of the Commune of Trignac in February 2001
Légende La classification non supervisée : bande 4 (infrarouge moyen : 1,58-1,75 µm), bande panchromatique (visible : 061-0,68 µm), indice normalisé de végétation (bande 4 – bande 2/bande 4 + bande 2) d’une image du satellite SPOT 4 (scène 32-254) acquise en mode multispectral le 14 février 2001 à 11 h 9 min 4 s (TU), et fusionnée avec la bande panchromatique (résolution spatiale = 10 x 10 m) d’une image SPOT 4 acquise à la même date, a été combinée avec une photographie aérienne verticale (n° 1831) de l’IGN de juillet 1999.Étoiles blanches : 32 habitations inondées localisées in situ à l’aide d’un GPS ; hachuré blanc : secteurs inondés ; blanc : masque de la partie externe à la commune de Trignac.Géoréférencement en projection Lambert zone II étendue.The unsupervised classification : band 4 (medium infrared : 1,58-1,75 µm), panchromatic band (visible : 061-0,68 µm), normalised vegetation index (band 4 – band 2/band 4 + band 2) of a SPOT 4 (scene 32-254) satellite image acquired in multispectral mode on 14th February 2001 at 11 h 9 min 4 s (UT), and fused with the panchromatic band (spatial resolution = 10 x 10 m) of a SPOT 4 image acquired on the same day, was combined with an IGN vertical aerial photograph (n° 1831) of July 1999.White stars : 32 flooded houses located in situ using a GPS ; white hachures : flooded areas ; white : masking of the outer part of the Commune of Trignac.Georeferencing : Lambert projection, extended zone II.
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 7 : Inondation des marais entre Couëron et Savenay, sur la rive droite de l’estuaire de la Loire en février 2001Flooded wetlands between Couëron and Savenay, on the right bank of the Loire estuary in February 2001
Légende Composition colorée : Rouge = bande 5 (infrarouge moyen : 1,55-1,75 µm) ; Vert = bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm) ; Bleu = bande 1 (bleu-vert : 0,45-0,52 µm) d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU)Traits blancs : limites communales ; points blancs cerclés de noir : écluses et vannes principales ; carrés blancs : étangs de chasseColoured composition : Red = band 5 (medium infrared : 1,55-1,75 µm) ; Green = band 4 (close infrared : 0,76-0,90 µm) ; Blue = band 1 (blue-green : 0,45-0,52 µm) of a Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) multispectral image acquired on 14th February 2001 at 10 h 44 min (UT)White dashes : borders of Communes ; white dots within black circles : main locks and sluices ; white squares : shooting ponds
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 8 : Carte synthétique des inondations de la Basse-Loire le 14 février 2001Map of floods in the Lower Loire on 14th February 2001
Légende Vecteur obtenu à partir de la bande 4 (proche infrarouge : 0,76-0,90 µm), après seuillage (S = 34) et filtrage, d’une image multispectrale Landsat 7 ETM+ (scène 201-27) acquise le 14 février 2001 à 10 h 44 min (TU) et géoréférencée en projection Lambert zone II étendue. (Cote Brière : 1,43 m NGF Lall ; cote Grand-Lieu : 2,66 m NGF 1969. Noir : surfaces inondées ; gris : zones marine et estuarienne ; hachures : villes principales.)The vector was obtained from band 4 (close infrared : 0,76-0,90 µm), after thresholding (T = 34) and filtering a Landsat 7 ETM+ (scene 201-27) multispectral image acquired on 14th February 2001 at 10 h 44 min (UT) georeferenced in Lambert, extended zone II projection. (Brière level : 1,43 m NGF Lall ; Grand-Lieu level : 2,66 m NGF 1969. Black : flooded areas ; grey : marine and estuarine areas ; hachures : main towns.)
URL http://norois.revues.org/docannexe/image/852/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Geffray et Loïc Ménanteau, « Géographie de l’inondation des marais de la basse-Loire : l’exemple de la crue de l’hiver 2000-2001 », Norois, 192 | 2004, 11-28.

Référence électronique

Olivier Geffray et Loïc Ménanteau, « Géographie de l’inondation des marais de la basse-Loire : l’exemple de la crue de l’hiver 2000-2001 », Norois [En ligne], 192 | 2004/3, mis en ligne le 20 août 2008, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://norois.revues.org/852 ; DOI : 10.4000/norois.852

Haut de page

Auteurs

Olivier Geffray

Geolittomer, UMR 6554 LETG – CNRS, picrochole@wanadoo.fr

Loïc Ménanteau

Geolittomer, UMR 6554 LETG – CNRS, loic.menanteau@humana.univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page