Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Bouchardy (Christian) (dir.), La Loire. Vallées et vals du grand fleuve sauvage

Paris, Delachaux et Niestlé, 2002, 288 p. (36 €)
Denis Mercier
p. 143-144
Référence(s) :

Bouchardy (Christian) (dir.), 2002. – La Loire. Vallées et vals du grand fleuve sauvage, Paris, Delachaux et Niestlé, 288 p. (36 €)

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les éditions Delachaux et Niestlé nous livrent, dans leur collection « La Bibliothèque du naturaliste », de magnifiques ouvrages d’un point de vue esthétique et scientifique. Le guide sur la Loire, coordonné par Christian Bouchardy, ne fait pas exception dans cette abondante série sur les grandes régions françaises. Les lecteurs de Norois s’intéresseront en priorité à l’ouvrage sur La Normandie, publié en 2001 sous la direction d’Arnaud Guérin, et plus récemment, celui sur La Bretagne, sortie en 2003, piloté par François de Beaulieu, avec notamment la contribution de notre collègue brestois Bernard Hallégouët sur la géographie physique de la Bretagne.

2L’ouvrage sur la Loire s’organise en huit chapitres.

3Le premier, rédigé par l’éminent géographe clermontois André Fel, propose une esquisse géographique du bassin de la Loire. La présentation ne cherche pas une unité dans ce vaste bassin, mais tente d’aborder des thèmes majeurs (le fleuve, ses crues, ses levées, la navigation, les canaux, l’aménagement, le découpage régional…).

4Le deuxième chapitre se veut une présentation des « paysages géologiques au fil de l’eau ». Gilbert Cochet brosse le cadre général et l’histoire géologique du bassin de la Loire, d’une manière classique. En revanche, l’approche régionale est passionnante et illustrée de nombreuses photographies, accompagnées parfois de croquis d’interprétation particulièrement pédagogiques.

5Il faut saluer la présence du troisième chapitre intitulé « hydrologie et géomorphologie fluviale », rédigé par Jean-René Malavoi. Le concept d’hydrosystème fluvial est au cœur du discours, avec ses variables de contrôle (flux liquides et solides, pente…), ses variables de réponse, ou d’ajustement (morphologie du lit, largeur, profondeur, sinuosité…). Les concepts clés d’équilibre dynamique, de seuils, d’échelles temporelles et spatiales sont particulièrement bien expliqués. L’approche géomorphologique systémique est ainsi au service d’une bonne gestion des hydrosystèmes. La communauté géographique française dans sa totalité lira avec attention ce chapitre passionnant. À l’heure où la géomorphologie s’affiche telle quelle dans des ouvrages grand public, certains géographes universitaires français voudraient encore scier des branches dynamiques de leur discipline…

6Le chapitre suivant intitulé « Flore et phytoécologie » a été rédigé par Maryse Tort et Bernard Belin. Il illustre la mosaïque de milieux et d’habitats le long de ce corridor fluvial longitudinal mais aussi dans l’axe transversal. Il montre le poids considérable des dynamiques naturelles et des interventions anthropiques.

7Le cinquième chapitre sur les vertébrés a été rédigé par quatre collègues naturalistes et propose une analyse des relations entre les oiseaux, reptiles, batraciens, mammifères et les milieux dans lesquels ils vivent (pentes boisées, falaises, galets au bord de l’eau, îles et bancs de sable, ripisylves…).

8Logiquement, le chapitre suivant est consacré aux « milieux aquatiques et poissons » sous la plume d’Yves Souchon. Le patrimoine ichtyologique de la Loire est présenté selon la dimension longitudinale structurante, sans oublier les dimensions verticales et latérales. Ensuite les mesures de protection et de restauration des milieux sont débattues.

9Le chapitre sur « les invertébrés ligériens » est signé par Jean Faïn et Gilbert Cochet et montre la diversité des milieux entre terre et eau.

10Le dernier chapitre consacre des pages captivantes aux temps préhistoriques. Frédéric Sumerly nous rappelle que la préhistoire représente 99,99 % de l’histoire de l’Humanité et que le bassin de la Loire, du fait de ses terroirs variés et accueillants, de ses importants gîtes à silex, a très tôt attiré les hommes.

11Cet ouvrage passionnant montre bien que l’avenir de la Loire passe par une gestion intégrée de toutes ses dimensions. Nous lui souhaitons un large succès auprès du grand public, qui voit par cet ouvrage tout l’intérêt des sciences et notamment de la géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier, « Bouchardy (Christian) (dir.), La Loire. Vallées et vals du grand fleuve sauvage », Norois, 192 | 2004, 143-144.

Référence électronique

Denis Mercier, « Bouchardy (Christian) (dir.), La Loire. Vallées et vals du grand fleuve sauvage », Norois [En ligne], 192 | 2004/3, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://norois.revues.org/967

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page